Réforme du fonctionnement des universités : l’UNEF jugera le projet de loi sur la base de ses propositions

L’UNEF était présente ce matin à l’occasion du lancement de la concertation sur la réforme de l’Université.

L’UNEF participera aux concertations malgré un calendrier resserré

L’UNEF regrette le calendrier retenu par la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. A plusieurs reprises, l’UNEF a fait part de sa volonté de s’investir en faveur d’une réforme d’ampleur de l’Université permettant une démocratisation effective de l’Université, la reconnaissance de diplômes de qualité et l’amélioration de l’insertion professionnelle des jeunes.

Le calendrier présenté par la ministre ne garantit pas les conditions d’un vaste débat, permettant à la fois l’élaboration d’un diagnostic partagé, mais également l’émergence de propositions pouvant largement satisfaire les acteurs de la communauté universitaire.

L’UNEF a réaffirmé que la réforme de l’Université ne devrait pas se faire sans les étudiants. Malgré ce calendrier resserré, l’UNEF a rappelé qu’elle s’engagera pleinement dans les discussions.

L’UNEF jugera le texte définitif sur la base de ses propositions

L’UNEF se saisira de l’ensemble des chantiers présentés et formulera sur chacun d’entre eux des propositions. C’est sur la base de ces propositions que l’UNEF jugera le contenu du texte qui lui sera présenté le 22 juin prochain.

L’UNEF a exprimé l’exigence que la prochaine réforme de l’Université ne conduise pas au désengagement de l’Etat, ni ne permette le développement d’universités à plusieurs vitesses. L’UNEF se félicite que la ministre ait réaffirmé sa volonté d’écarter toute forme de sélection, et toute dérégulation des frais d’inscription.

La lutte contre l’échec en premier cycle est une priorité

L’UNEF se félicite qu’à sa demande, des discussions parallèles soient ouvertes sur 2 piliers fondamentaux présentés par la ministre : la vie étudiante et la question des conditions matérielles.

En revanche, l’UNEF regrette vivement que la question de la lutte contre l’échec en premier cycle, 5ème pilier présenté par la ministre, ne figure pas dans les discussions ouvertes aujourd’hui. L’UNEF rappelle que la réforme du fonctionnement des universités ne réglera pas à elle seule la question de la réforme de l’enseignement supérieur public.

Des mesures d’urgence pour la rentrée prochaine

Cette première concertation a été l’occasion de rappeler l’importance que l’UNEF accordait aux conditions sociales de la prochaine rentrée et à la mise en place d’un collectif budgétaire.
La situation sociale des étudiants n’a cessé de se dégrader ces dernières années et l’UNEF a tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises. La rentrée prochaine ne doit pas être placée sous le même signe que les années précédentes et l’UNEF demande à la ministre des mesures d’urgences en faveur des étudiants.