Concertations sur la réforme de l’université : l’UNEF formule ses propositions

Demain, mardi 5 juin, les concertations sur le fonctionnement de l’université vont s’ouvrir pour aboutir à une loi votée au mois de juillet. Parallèlement 5 autres chantiers de l’enseignement supérieur vont être discutés dans les semaines et mois qui viennent.

L’UNEF rend public l’ensemble de ses propositions relatives au fonctionnement des universités ainsi qu’aux 5 autres chantiers.

Le calendrier resserré entame les chances de réussite d’une réforme d’ampleur

Malgré un calendrier trop resserré, l’UNEF a fait part de sa volonté de s’investir pleinement dans les discussions organisées au sein des trois groupes de travail. Elle présentera ses propositions notamment en matière d’amélioration de la démocratie universitaire.

La réforme du fonctionnement des universités, qualifiée par le premier ministre comme « la plus importante de la législature » mérite pourtant plus qu’un seul mois de concertations. L’UNEF a rappelé à la ministre qu’une telle précipitation entamait les chances de réussite d’une réforme d’ampleur de l’université.

La loi sur les universités ne peut se limiter à la question de l’autonomie

Ce sont aussi les contours de la réforme qui sont contestables : alors qu’une réforme globale de l’enseignement supérieur englobant la question du fonctionnement des universités, des moyens budgétaires, de la lutte contre l’échec en 1er cycle et du système d’aide sociale pour les étudiants est nécessaire, la loi sur les universités des universités ne peut se limiter à la question de l’autonomie. L’UNEF a rappelé à plusieurs reprises que la loi sur l’autonomie des universités ne devait pas se traduire par un désengagement financier et politique de l’Etat ni par l’avènement d’universités à 2 vitesses.

La ministre s’était engagée à ouvrir rapidement les discussions sur 3 des 5 autres chantiers. L’UNEF se félicite des engagements de la ministre ce matin, lundi 4 juin, sur un calendrier précis de discussions sur deux chantiers fondamentaux pour les étudiants : les conditions de la vie étudiante et la lutte contre l’échec en premiers cycles.
Les étudiants attendent des mesures d’urgence pour la rentrée

A plusieurs reprises ces dernières années, l’UNEF a dénoncé la très forte dégradation des conditions de vie étudiante se traduisant par une baisse constante du pouvoir d’achat.

L’UNEF demande à la ministre de l’enseignement supérieur de faire de la résorption de la précarité des étudiant une priorité dans les mois à venir. Les étudiants attendent des mesures d’urgence dès la rentrée prochaine.

Un seul objectif : poursuivre la massification et la démocratisation de l’enseignement supérieur

La réforme de l’enseignement supérieur ne peut se faire sans les étudiants. Pour cela elle doit conforter le service public, et réaffirmer le libre accès à l’enseignement supérieur, le caractère national des droits d’inscription et l’association des étudiants, personnels et usagers à la gestion des universités.

L’UNEF rappelle que la réforme du fonctionnement des universités constitue un moyen et non une fin en soi : c’est l’objectif de démocratisation et de massification de l’enseignement supérieur qui doit déterminer le contenu de la réforme.