L’évaluation à l’université

A quoi ça sert ?

Les règles d’examens réglementent l’obtention de ton semestre et de ton année. Elles déterminent la façon dont s’effectuera le calcul de tes notes.

Comment ça marche ?

Les règles d’examens, pour partie, sont réglementées nationalement. Aussi un certain nombre de droits en matière de règles d’examens sont obligatoires dans toutes les universités.

Les droits nationaux :

La capitalisation : lorsque tu as validé une UE, cette validation est définitive, tu n’auras donc pas à la repasser même si tu ne valides pas tes autres UE.

La compensation semestrielle : La compensation semestrielle intervient entre les UE (matières) d’un même semestre de formation. Il s’agit donc du calcul de la moyenne générale du semestre. Elle te permet de compenser une mauvaise note dans une matière par un bon résultat dans une autre.

Les rattrapages : Il s’agit d’une deuxième session d’examens qui te permet de repasser les UE où tes résultats auraient été insuffisants lors de la première session.

Bien que ces droits soient obligatoires, un certain nombre d’universités ne les respectent pas et sont de ce fait dans l’illégalité. L’UNEF a publié un classement de ces universités hors la loi que tu peux retrouver sur le site de l’UNEF : www.unef.fr afin de dénoncer ces mauvaises pratiques et de mettre l’accent sur la pédagogie et les droits étudiants en matière d’évaluation et de progression universitaire.

Le reste des droits en matière de règles d’examens sont décidés université par université. Les marges de manœuvre laissées à l’université sont nombreuses et peuvent nous être favorables ou pas. Quels sont ces droits ?

Les droits locaux :

La compensation annuelle : il s’agit de la compensation entre la moyenne des 2 semestres au sein d’une année. Ce dispositif existe dans 60% des universités et nous militons pour qu’il soit généralisé car il permet de prendre en compte la progression de l’étudiant au cours de l’année.

La semaine blanche de révisions : L’université peut décider avant les sessions d’examens de laisser des semaines sans aucun cours qui servent aux révisions. Là encore, nous nous battons pour la généralisation de ce droit qui permet de préparer les partiels dans les meilleurs conditions possibles.

Le contrôle continu : il s’agit d’un mode de calcul des notes où une part variable de la note de ton semestre dépend d’évaluations qui ont lieu tout le long du semestre et non plus uniquement des notes que tu obtiendras aux sessions d’examens en fin de semestre. Nous sommes favorable à ce mode d’évaluation qui évite l’examen couperet de fin de semestre.

Les notes éliminatoires : si tu obtiens moins que la note éliminatoire il t’es impossible de valider la matière.

Les règles d’examens ne sont pas de simples mesures techniques et reflètent des choix pédagogiques et politiques. Certaines universités, en mettant en place des règles d’examens défavorables aux étudiants comme les notes éliminatoires ou en ne respectant pas les règles nationales organisent une sélection par l’échec. A l’inverse nous pensons que les examens doivent être un réel outil d’évaluation et de progression au service de l’étudiant.