L’enseignement supérieur en France

L’université

La licence
Elle se déroule en 3 ans, soit 6 semestres. Chaque semestre est validé si la moyenne générale des notes obtenues dans les différentes unités d’enseignement est superieure à 10/20. Certaines universités appliquent d’autres règles (notes éliminatoires par exemple), il faut donc se renseigner auprès de son secrétariat ou de l’UNEF locale.
Il existe des équivalences entre différentes licences, ce qui permet à l’étudiant de se réorienter sans pour autant recommencer son cursus dès le début. Il est également possible de passer une bi licence, deux licences en même temps. Dans certaines universités il existe des aménagements d’emplois du temps pour les étudiants qui désirent passer une bi licence.

La licence a généralement pour but de préparer à une poursuite d’études en master, et peut mener aux métiers de la recherche, mais pas uniquement. Elle permet aussi de passer des concours de la fonction publique ou de se diriger vers une école, ou encore un master professionnel.
Il faut noter que les études de santé sont mises à part. Pour être médecin, sage femme ou dentiste il faut réussir un concours en fin de première année. Le numerus clausus (nombre d’admis défini chaque année) rend le concours très difficile, alors même que l’on manque de médecins en France.

Le Master
Il existe deux types de master : professionnel ou recherche. Nous nous intéresserons ici au master recherche, le master professionnel étant traité plus bas.
Le master recherche est organisé en deux ans.
La première année est une année d’initiation à la recherche, avec dans certaines disciplines la rédaction d’un mémoire présentant le résultat des travaux de recherche accomplis durant l’année. La deuxième année est accessible après sélection et axée sur la recherche afin de préparer à la thèse.

Le doctorat
Il s’agit du grade le plus élevé dans la hiérarchie des diplômes universitaires. Il est accessible après un master. C’est le passage obligé pour s’inscrire en thèse, condition pour obtenir le doctorat.  L’objectif est de faire de la recherche et souvent d’enseigner en parallèle.
Le doctorat nécessite trois ans d’études au minimum, souvent plus, après validation du sujet de recherche. Au programme: stages, séminaires, rédaction de la thèse. En doctorat, l’étudiant ne touche plus les bourses classiques s’il était boursier, mais il est toutefois possible d’avoir accès à d’autres aides spécifiques.

Les filières dites « pro »
L’université ne propose pas que des formations généralistes, il existe des cursus plus technologiques et menant plus rapidement à la vie active. Ces formations sont de trois types : IUT, IUP et master professionnel.

Les IUT (Instituts Universitaires de Technologie)
Ils sont rattachés à l’université, et délivrent les diplômes de DUT. L’inscription en IUT se fait sur dossier.
Les IUT forment des techniciens supérieurs qui pourront s’insérer dans de nombreux domaines professionnels: agriculture, industrie, services (commerce, tourisme, transport, service à la personne etc…).  Les DUT, diplômes dispensés par les IUT, sont plus généralistes que les BTS et offrent environ 25 spécialités : techniques de commercialisation, gestion des entreprises, mesures physiques …
Les emplois du temps sont assez chargés, avec une moyenne de 35h de cours par semaine, sans compter les heures de stage et les projets tutorés.
Enfin, il est toujours possible de continuer ses études après un DUT, comme le font 60% des diplômés : la grande majorité rejoint l’université, mais certains intègrent des écoles d’ingénieurs ou de commerce.

Les licences professionnelles
Elles font partie de l’université et concernent essentiellement les étudiants qui ont obtenu un BTS ou un DUT, bien qu’il soit possible de les rejoindre par d’autres moyens, notamment par le biais de la filière classique, en informatique ou en sciences par exemple, après un bac +2. Elles durent un an et permettent d’acquérir une formation spécifique. Mises en place en partenariat avec les branches professionnelles, ces licences ont été conçues pour permettre l’insertion professionnelle des jeunes mais elles laissent souvent une trop grande place à l’hyper-spécialisation des contenus de formations.

Les Masters Professionnels
Ils recrutent à bac +3 et permettent d’obtenir un bac +5 validé par un stage. Ils sont sélectifs à partir de la 4ème année.

Le lycée

Les CPGE (Classes Préparatoires aux Grandes Écoles)
Elles préparent aux concours ouvrant la porte des grandes écoles comme l’École Normale Supérieure, Polytechnique ou encore HEC. Elles durent d’un à deux ans, suivant le concours préparé. Avant d’entrer en prépa il faut être conscient de la masse de travail que cela implique : les horaires sont épuisants, il est quasiment impossible de travailler à côté et la concurrence entre les élèves est valorisée, du fait qu’une partie seulement réussira un concours. Il faut donc y être préparé dès la terminale afin de bien savoir de quoi il s’agit. Les cours sont d’un très bon niveau, et on est encore bien encadré par les professeurs, beaucoup plus qu’à l’université.

Les BTS
Les BTS forment des techniciens supérieurs, et ce dans presque tous les domaines, suivant la spécialité du BTS. D’une durée de deux ans et visant à déboucher sur le monde du travail, le BTS permet malgré tout de continuer ses études (notamment en licence professionnelle).

Les grands écoles

Certains établissements recrutent juste après le baccalauréat, ou sur dossier. Plus ou moins sélectifs, ils offrent tous types de formation .
Les Instituts d’Études Politiques recrutent les étudiants suite à un concours (spécifique à chaque IEP).
L’université de Dauphine, récemment devenue grand établissement recrute sur dossier.
Les grandes écoles (ingénieur, commerce …) recrutent généralement à bac +2. Quelques écoles privées (attention aux frais de scolarité, à la qualité de la formation et à la reconnaissance des diplômes) et les INSA (écoles d’ingénieur publiques) recrutent juste après le bac ou sur concours, entretien ou dossier. Quelques écoles spécialisées existent en Île de France: écoles d’architecture, école du Louvre, École des Hautes Études en Sciences Sociales…
Les écoles spécialisées dispensent des formations professionnelles conduisant à des métiers précis: infirmier, éducateur etc … Les études durent de 2 à 6 ans selon le diplôme préparé. Ces écoles peuvent délivrer des diplômes d’État : paramédical, social, art, architecture, mais certaines ne délivrent qu’un diplôme d’école, pas toujours reconnu par l’État.