Les étudiants en soins infirmiers se mobilisent pour leur formation !

En 2009, sous la pression des organisations syndicales, le gouvernement a annoncé la reconnaissance de la formation en soins infirmiers à bac+3, en conférant le grade de Licence au diplôme d’Etat d’infirmier. Cette reconnaissance constitue une avancée, mais cela reste insuffisant et la réforme de la formation reste inachevée. Le grade licence ne garantit pas le droit aux bourses du CROUS, le droit au redoublement, à la réorientation, à la poursuite d’études pour les étudiants en soins infirmiers. Les spécialités  (IBODE, PUER, IADE) qui s’effectuent à bac+5 ne sont quant à elles pas reconnues au niveau master.

Depuis plusieurs semaines, les étudiants en soins infirmiers se mobilisent pour dénoncer une réforme qui ne va pas assez loin et ne permet pas en l’état d’améliorer la qualité des soins et des conditions d’études. Pour appuyer les étudiants en soins infirmiers dans leur combat pour l’amélioration de leurs conditions d’études, l’UNEF lance une lettre ouverte pour mettre la pression sur le ministère de la santé et le ministère de l’enseignement supérieur.

L’UNEF revendique :

• L’intégration des IFSI aux universités : permettant une harmonisation des droits étudiants sur ceux de l’université (redoublement, poursuite d’études …) ainsi que la création d’un parcours LMD en soins infirmiers et l’adossement de la formation à la recherche.

• L’harmonisation des aides sociales des étudiants en soins infirmiers sur celles délivrées par la CROUS : bourses mensuelles, gestion par le CROUS, 6ème échelon bourse et 10ème mois de bourse.

Signe la lettre ouverte à Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et à Xavier Bertrand, ministre de la santé :

Madame la Ministre, Monsieur le Ministre,

Depuis la réforme de la formation en soins infirmiers en 2009, nos conditions d’études ne se sont pas améliorées. Bien que notre diplôme soit reconnu au grade licence, il ne nous donne aucun droit nouveau comme la réorientation, le redoublement ou encore la poursuite d’études. Nos spécialités (PUER, IADE, IBODE) ne sont toujours pas reconnues à bac+5 alors que vous vous y étiez engagés et nos bourses, délivrées par les régions et non par le CROUS, n’ont pas bénéficié des mêmes avancés que celles des autres étudiants (10ème mois de bourse, 6ème échelon). Nous sommes très peu à posséder une carte d’étudiant ouvrant droit aux mêmes services que les autres étudiants : sport, bibliothèque et restaurants universitaires, etc.

Nous ne comprenons pas pourquoi ce qui a été accordé aux étudiants sage-femme nous est refusé. Nous demandons une réouverture de cette réforme qui est restée achevée en 2009 et la délivrance d’un diplôme de licence en soins infirmiers à l’issu de nos trois années d’études.

Nous demandons également l’intégration des IFSI aux universités et la mise en place dans les IFSI d’un parcours LMD en sciences infirmières permettant entre autres l’adossement de notre formation à la recherche.

Nous ne voulons plus de la situation actuelle qui fait de nous des semi-étudiants ne disposant que d’un grade et pas d’une licence alors que nous faisons autant d’années d’études.

Dans l’attente de votre réponse et de la réouverture de la réforme de notre formation nous continuerons madame la Ministre, monsieur le Ministre, à nous mobiliser.