Un 14 juillet contre les discriminations et pour l’égalité

Dans un contexte, où les discriminations et les stigmatisations progressent, où les idées ouvertement xénophobes ont pignon sur rue et où la parole de l’extrême droite s’est largement diffusé chez certain de nos dirigeants ; deux initiatives militantes ont été organisées pour dénoncer les dérives xénophobe en France.

SOS racisme a organisé un concert pour l’égalité rassemblant près de un million de personnes sur le Champs de Mars à Paris. De nombreux artistes tel que Yannick Naoh, Raggasonic, Bénabar, Youssoupha, Nolwenn Leroy, Michel Delpech, Grégoire, ou encore Pascal Obispo se sont retrouvés pour défendre une France sans discrimination ni ghettos et où chacun est traité sur un pied d’égalité.

Ce concert a aussi permis de réunir l’ensemble des acteurs associatifs et syndicaux qui luttent au quotidien contre le racisme et les discriminations dans un village associatif. Ce village associatif a été l’occasion de nombreux débats, conférences et activités festives.

Mais le 14 juillet a aussi vu un rassemblement organisé par la Ligue des Droits de l’Hommes (LDH) place de la Bastille. A cette occasion se sont réunis d’anciens résistants à l’image de Raymond Aubrac, mais aussi des représentants de partis politiques et d’organisations syndicales. Cette manifestation a permis de dénoncer « la dérive vers l’extrême-droite qui s’organise de plus en plus dans notre pays et qui défigure notre République » comme l’a précisé Jean-Pierre Dubois, président de la LDH.

Ces deux moments importants du 14 juillet 2011 ont été l’occasion, un an avant les élections présidentielles de 2012, de mettre sur le devant de la scène ces thématiques qui seront au centre du débat politique dans les mois qui viennent.