Augmentation de la Taxe sur les mutuelles, nouveau coup dur pour les étudiants.

Le 8 septembre 2011
@ : http://l.unef.fr/5Y
Santé

Dans le cadre d’un plan de rigueur visant à réaliser 12 milliards d’euros d’économies, François Fillon a annoncé, jeudi 25 août 2011, le doublement de la Taxe sur les Contrats d’Assurances (TCA). Ce n’est pas la première fois que cette taxe augmente. Jusqu’en 2011, les adhérents des mutuelles étaient exonérés de cette taxe ponctionnée sur leurs cotisations. En deux ans, la TCA est passée de 0% à 7%. Passant de 3,5 à 7% en 2012, l’augmentation de cette taxe risque de peser sur les tarifs des complémentaires santés proposées par les mutuelles. En effet, la part des cotisations redistribuées pour rembourser les soins des adhérents est de plus en plus insuffisante. Si l’Etat ponctionne de plus en plus d’argent sur les cotisations, il met en difficulté les mutuelles pour assurer leurs missions.

Les complémentaires santé couvrent la part des dépenses qui n’est pas prise en charge par la sécurité sociale. Dans le contexte actuel où la sécurité sociale rembourse de moins en moins les soins, il est indispensable de se doter d’une complémentaire pour avoir accès à des prestations de qualités.

L’accès à la santé remise en cause pour les étudiants.

Face à l’augmentation continue de cette taxe, les mutuelles ont tiré la sonnette d’alarme. L’augmentation de la TCA, que les mutuelles seront contraintes de répercuter sur leur offre, engendrera, à terme, une augmentation des tarifs des complémentaires santé. Dans un contexte où le coût de la vie est en hausse pour les étudiants de 4,1%, de nouvelles augmentations de tarifs obligeront les étudiants à arbitrer dans leurs dépenses, au détriment de leur santé. Actuellement, un étudiant sur cinq renonce à se doter d’une mutuelle étudiante pour des raisons financières. Alors que le constat est alarmant, l’UNEF s’inquiète des répercutions que peut avoir l’augmentation de la TCA en matière de droit à la santé, pourtant un droit fondamental. L’UNEF dénonce les choix politique d’un gouvernement qui veut faire payer au jeune une crise dont ils ne sont pas responsables, et qui aggrave la situation sanitaire et sociale des jeunes et des salariés.

D’annonces en annonces et de plans d’austérité en plans d’austérité, les dépenses supplémentaires se multiplient pour les étudiants. Manifestement, remettre en cause l’accès aux soins pour les jeunes n’effraie pas le gouvernement. L’UNEF se battra tout au long de l’année, aux côtés de La Mutuelle Des Etudiants (LMDE), afin de garantir l’accès aux soins pour tous les étudiants. L’UNEF continue d’exiger la mise en place d’un chèque santé national pour aider les étudiants à se doter d’une complémentaire santé.

Partager cet article...
Commentaires...