L’UNEF dénonce le passage en force du gouvernement sur l’université de Lorraine

Le décret portant sur la création de l’université de Lorraine sous la forme d’un « grand établissement » a été signé le jeudi 22 septembre par Laurent Wauquiez et publié au Journal Officiel. Le ministre a ainsi entériné un projet pourtant majoritairement rejeté par la communauté universitaire comme en témoigne le vote négatif du CNESER le 31 mai dernier.

L’université de Lorraine, sort du cadre du service public d’enseignement supérieur

En signant le décret de création de l’Université de Lorraine, le ministre Laurent Wauquiez prend la responsabilité d’accélérer la sortie d’universités du cadre du service public. Le ministre assume donc un mouvement de différenciation entre établissements au mépris de l’égalité des droits entre les étudiants.

C’est une voie de non retour pour l’ensemble de l’académie de Nancy-Metz où, dorénavant, aucun établissement d’enseignement supérieur n’offrira les garanties du service public. Le statut de « grand établissement » permet en effet aux établissements de déroger à de nombreuses règles qui s’appliquent aux universités parmi lesquelles l’interdiction de sélectionner les étudiants à l’entrée de la licence.

Un recul démocratique pour les étudiants

L’UNEF dénonce l’absence de réponse apportée par le ministre aux problèmes soulevés par la communauté universitaire, au premier rang desquels un net recul de la démocratie universitaire. En effet, le nouveau statut de l’université de Lorraine prévoit une diminution du poids des élus étudiants et un renforcement du rôle des personnalités extérieures dans les conseils de l’université.

Une grave remise en cause du principe de laïcité

La question fondamentale de la laïcité mise en avant par l’UNEF reste quant à elle sans réponse. Le maintien des formations de théologie dans l’université dont le siège social est à Nancy est en effet une grave entrave au principe de laïcité, garanti par la loi de 1905.

Laurent Wauquiez doit renoncer

Laurent Wauquiez entérine un choix lourd de conséquences pour les étudiants de l’académie de Nancy-Metz. Si le ministre comptait mettre fin au débat en publiant le décret dans l’urgence, c’était sans compter sur l’action des étudiants.

L’UNEF refuse la mise en œuvre d’un décret contraire au principe de laïcité et au droit pour tous d’accéder à l’enseignement supérieur.

L’UNEF exige l’arrêt du processus de création du grand établissement de Lorraine et utilisera tous les moyens à sa disposition, y compris juridiques, pour que l’université de Lorraine ne sorte pas du droit commun.