Rennes 2 : des profs d’anglais pour tous !

A la rentrée il a été refusé aux étudiants en première année d’info com de s’inscrire en anglais. L’université nous a expliqué qu’elle ne disposait pas d’un nombre suffisant d’enseignants.

Alors que l’université se tourne vers la professionnalisation de ses formations, il est impensable de supprimer les cours d’anglais en première année. Le retard que les étudiants prendront pendant une année sans pratiquer l’anglais sera difficilement rattrapable lors des années suivantes. Il risque d’augmenter l’échec des étudiants et ceux qui obtiendront leur diplôme auront une insertion professionnelle plus difficile.

Et les «cours en ligne» que propose l’université ne sont pas une réponse satisfaisante. La maîtrise d’une langue étrangère se fait par la pratique et non devant un écran d’ordinateur.

Si l’université prive les étudiants de première année d’info com d’anglais c’est n’est pas par hasard. Non seulement les universités ne sont pas suffisamment financées mais le gouvernement fait également le choix de les mettre en concurrence.
Cette politique a des conséquences très concrètes à Rennes 2: l’université concentre le peu de moyens qu’elle possède sur quelques cursus d’excellence au détriment du reste des étudiants.

Si il n’y a pas d’anglais en première année d’info com ce n’est pas parce que l’université «’arrive pas à recruter des enseignants» mais parce que la première année d’info com n’est pas sa priorité et qu’elle refuse de mettre les moyens nécessaire pour recruter des enseignants en anglais.

L’UNEF et les étudiants de première année d’Info Com demandent:

Pour le premier semestre:

Que la validation automatique de 2 ECTS d’anglais soit maintenu et que des enseignements facultatifs soient à disposition des étudiants qui suivent les cours «en ligne» pour les aider dans leur apprentissage.

Pour le second semestre:

Que des enseignant d’anglais soient recrutés et que des cours d’anglais soient proposés comme pour les deuxième et troisième année.

Pour les étudiants qui ont choisi une autre langue étrangère «défaut»:
Qu’ils puissent dès le second semestre suivre les cours d’anglais s’ils le souhaitent.

Nous ne laisserons pas l’université et le gouvernement mettre en danger notre réussite et notre insertion professionnelle. Pour se faire entendre par l’université et pour qu’elle se donne les moyens de recruter des profs d’anglais: il faut se mobiliser! Signe la pétition de l’UNEF et reste discuter avec nous à la fin de ton cours.