Bourses, aides… déprime de Noël pour les étudiants !

Le budget de l’Etat est de plus en plus impacté par les logiques de rigueurs voulues par le gouvernement… L’heure n’est plus au discours mais aux actes. Que ce soit dans le budget des CROUS, des aides d’urgence ou des Bourses, l’austérité s’applique partout et ce sont les étudiants qui en paient le prix !

Budget des CROUS, Budget du FNAU, des prévisions inquiétantes

Le budget alloué  aux CROUS pour l’année 2012 permet de nourrir des craintes pour les étudiants. En effet 21 CROUS sur 28 voient leur subvention de fonctionnement stagner. Cette diminution est d’autant plus inquiétante que les CROUS doivent faire face à une demande sociale de plus en plus importante en temps de crise. Face à cette coupe budgétaire les CROUS n’auront d’autre choix que de multiplier les efforts de gestion (augmentation de tarifs, diminution de la qualité des formules proposées) pour pouvoir continuer à fonctionner. Cette situation revient à faire payer le prix de la crise aux étudiants en allant chercher les fonds nécessaires directement dans leur poche !

Pire encore, en plus de faire payer les étudiants le gouvernement fait le choix de contraindre les budgets disponibles pour les aider directement. Ainsi le budget des aides d’urgence stagne cette année par rapport à 2011. Alors que les aides d’urgence annuelles seront versées cette année sur dix mois comme les bourses sur critères sociaux, le gouvernement refus d’augmenter les budgets. Cette attitude aura une seule conséquence, la baisse du nombre d’aide que pourront distribuer les CROUS l’année prochaine.

Bourses sur critères sociaux, des retards inacceptables

Les versements des bourses sur critères sociaux dont bénéficient 20% des étudiants affichent des retards importants. En effet les étudiants n’ont vu l’argent de leur bourse sur leur compte en banque que ce mercredi 23 novembre alors que les BCS sont censées être versées le 5 de chaque mois.

Si les retards dans le versement des bourses ne sont pas une situation nouvelle à  laquelle doivent faire face les boursiers, ils prennent cette année une dimension inédite. En effet c’est la première fois que les bourses sur critères sociaux sont versées près de 3 semaines après l’échéance prévue. Cette situation met en difficulté de nombreux boursiers, les créanciers n’attendant pas autant de temps pour réclamer les loyers ou le paiement des factures aux étudiants.

Chaque année le gouvernement fait des prévisions concernant le nombre de boursiers et calcule à  partir de ces dernières le budget alloué aux bourses sur critères sociaux. Cette année ce dernier a sous-évalué les budgets nécessaires au paiement des bourses si bien qu’il ne reste aujourd’hui que 50 Millions d’€ à disposition des CROUS pour finir l’année. Cette situation aurait dû être corrigée en fin d’année budgétaire et le gouvernement aurait dû débloquer les fonds nécessaires pour terminer l’année sans encombre. Mais 2011 échappe à la règle. En effet, arguant de la rigueur, le ministère refuse d’avancer les fonds nécessaires au paiement des bourses à cette période. Cette situation ne peut nous empêcher de nourrir les pires inquiétudes en ce qui concerne le paiement des bourses du mois de décembre, il est impératif que le gouvernement avance dès à présent les fonds nécessaires pour terminer l’exercice 2011 concernant le paiement des bourses dans les meilleures conditions.

Les étudiants doivent faire entendre leur voix !

Face à cette situation les étudiants doivent se mobiliser. L’UNEF appelle les étudiants à se rendre en nombre devant leur rectorat et devant le CNOUS à Paris vendredi 25 novembre au matin pour exprimer leur refus de payer une politique de rigueur injuste et pour exiger des moyens supplémentaires pour les protéger dans un contexte de crise économique et sociale.