L’UNEF au côté des syndicats et des associations s’engage dans le mouvement des sans papiers

Dans un contexte où  les conditions d’accueil et de séjour se dégradent de jours en jours pour les étrangers souhaitant étudier ou travailler en France, l’UNEF se joint à l’initiative d’un collectif de syndicats et d’associations pour lancer une plateforme de revendications. Ce collectif organise une conférence de presse, aujourd’hui à 15h, pour présenter cette plateforme autour de laquelle se réunissent l’UNEF, la CGT, la FSU, la LDH, le MRAP, la CIMADE, le collectif du 31 mai, Autremonde, Femmes Egalité, RESF, la JOC et SOS Racisme.

En effet, noyée dans l’actualité politique, la question des étudiants étrangers restent toujours en suspens.  La circulaire Guéant qui vise à renforcer les restrictions d’accès à un titre de séjour salarié pour les nouveaux diplômés en France continue à provoquer l’indignation de nombreuses associations et syndicats. Après plusieurs rassemblements, le ministre ne change toujours pas de position et la situation des étudiants étrangers continue de se dégrader.

Pour l’UNEF, cette circulaire est injuste et dangereuse. Injuste car de jeunes diplômés étrangers ont la possibilité de s’insérer sur le marché du travail et de participer au même titre que les autres au progrès économique de l’ensemble du pays, mais leurs projets et choix de vie se retrouvent bloqués par les décisions administratives de la préfecture. Dangereuse car en faisant le lien entre chômage et immigration, la circulaire Guéant surfe dangereusement avec les idées de « préférence nationale », sous entendant que le problème d’emploi serait un problème d’immigration.

Enfin, cette circulaire fait suite au décret du 6 septembre qui impose aux étudiants étrangers de justifier d’un montant plus important de ressources, passant de 5400 euros par an à 7680 euros par an. Il s’agit d’une véritable sélection sociale.

Ces derniers temps, rien n’est épargné aux étudiants étrangers. Ils doivent faire face à une machine administrative redoutable responsable de la multiplication d’étudiants sans papiers à l’université. Ces étudiants se retrouvent sans droits ni protection. Afin de marquer un coup d’arrêt à la politique d’immigration menée par le gouvernement, l’UNEF s’associe pleinement aux initiatives de mobilisation du collectif.