Présidentielle : l’UNEF interpelle les candidats sur 10 mesures d’urgence

Le 3 avril 2012
@ : http://l.unef.fr/bj
Les communiqués

Ce mardi 3 avril, l’UNEF a dévoilé lors d’une conférence de presse, les 10 exigences étudiantes pour la rentrée 2012. L’UNEF demande aux candidats de se prononcer sur ces 10 mesures d’urgence et invite chacun d’entre eux, à l’exception de la candidate du front national, à venir répondre aux étudiants dans une université.

Une campagne qui parle des jeunes, sans les jeunes.

A première vue, les jeunes sont reconnus unanimement reconnu comme l’une des catégories les plus touchée par la crise économique. Les candidats aux élections présidentielles ont pourtant du mal à aller au delà des déclarations de bonnes intentions. Au mieux quelques revendications étudiantes sont reprises par des candidats, au pire des propositions inopérantes voire absurdes sont avancées, sans qu’aucun jeune ne se sente concerné.

Ascension social et déclassement, des sujets tabous ?

Les étudiants représentent 2,3 millions de jeunes issus de toutes les catégories sociales. Leurs préoccupations sont connues : comment parvenir à décrocher un diplôme, seule véritable protection contre le chômage, comment se prémunir contre le déclassement qui frappe des centaines de milliers de jeunes diplômés.

Pourtant, les propositions se font rares et ces sujets, hier présentés comme prioritaires, ne sont que très peu traités.

800 000 jeunes « sans voix et sans droits »

Les oubliés des programmes sont nombreux. Les différents candidats n’ont pas pris par exemple d’engagement devant les 322 000 étudiants indépendants financièrement de leur famille mais exclus du système de bourse. En effet, les bourses s’organisent autour d’une « prime à la dépendance » qui interdit d’office aux jeunes indépendants d’être aidés. Ces étudiants sont souvent les plus fragiles et les plus exposés au phénomène de salariat étudiant, première cause d’échec à l’université.

A ces 322 000, s’ajoutent 400 000 chômeurs de moins de 25 ans, exclus de tous les minimas sociaux sous le seul prétexte de leur âge et les 100 000 jeunes stagiaires qui occupent des emplois déguisés.

Les candidats ne pourront rester silencieux s’ils veulent les voix des étudiants !

L’UNEF a interpellé les candidats sur l’horizon qu’ils comptent donner à leur mandat au travers d’une lettre ouverte datée du jeudi 29 mars dont les réponses seront publiées au fur et à mesure de leur réception.

L’UNEF a par ailleurs présenté les dix exigences étudiantes pour la rentrée pour relancer l’ascenseur social. Le prochain gouvernement aura des comptes à rendre dès la rentrée de septembre 2012 aux étudiants sur la base de cette plateforme.

L’UNEF invite les candidats à venir répondre à ces exigences devant des étudiants dans une université.

Pour en savoir plus...

Dossier de presse

Télécharge ici le dossier de presse

Partager cet article...
Commentaires...