Le nouveau gouvernement doit être celui de la jeunesse !

L’UNEF prend acte de la nomination par le président de la République du nouveau gouvernement. L’UNEF attend de cette nouvelle équipe gouvernementale qu’elle consacre tous ses efforts en direction de la jeunesse, conformément aux engagements de François Hollande.

L’enseignement supérieur doit sortir de sa spirale élitiste.

Madame Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur, devra répondre à des attentes très fermes de la part des étudiants. En particulier, après cinq années de fragilisation de l’enseignement supérieur, ils attendent de la ministre qu’elle initie une nouvelle phase de démocratisation, à l’image de l’effort de massification des années 1960.

Pour se faire, quatre chantiers seront incontournables. Pour rattraper l’absence de politique sociale ambitieuse en direction des étudiants, il faudra refondre le système de bourses dans la perspective d’une allocation d’autonomie universelle en 2017. La réussite en premier cycle ne doit pas rester l’arlésienne des ministres successifs et devra faire l’objet d’un plan ambitieux et doté de moyens suffisants. L’égalité de tous face aux études doit redevenir la norme, en garantissant un accès à un enseignement de qualité sur tout le territoire. En particulier, la poursuite des projets IDEX est incompatible avec une répartition harmonieuse des formations sur l’ensemble du territoire. Enfin, les règles de financement devront être revues pour permettre aux établissements de sortir de la situation de pénurie qu’ils connaissent actuellement.

Le ministère de la jeunesse doit pouvoir se saisir de l’ensemble des dossiers jeunes.

Première organisation de jeunesse et intégrée au mouvement d’éducation populaire, l’UNEF salue la nomination de Valérie Fourneyron au poste de ministre des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative.  L’UNEF demande des précisions quant au périmètre de ce nouveau ministère. En particulier, il sera nécessaire que le ministre puisse devenir un interlocuteur pour les jeunes sur l’ensemble des sujets qui les concernent en priorité, à savoir l’insertion professionnelle, l’emploi et l’accès à l’éducation.

La priorité à la jeunesse doit se traduire par un dialogue renouvelé sur l’emploi

Les étudiants attendent du futur gouvernement qu’il prenne la jeunesse au sérieux. En particulier, les questions de l’insertion professionnelle et de l’emploi des jeunes ne pourront être traitées efficacement sans les étudiants. L’UNEF demande donc à être reçue par le ministre chargé de l’emploi, Michel Sapin, dans la perspective du sommet social du mois de juillet.

Il faudra préparer la rentrée dès l’été.

L’UNEF signifie au nouveau gouvernement sa volonté de dialoguer, dans l’intérêt de tous les étudiants. L’UNEF souhaite que le dialogue social puisse se concrétiser au plus vite par des engagements de long terme ainsi que par des mesures immédiates pour les étudiants. En particulier, il serait incompréhensible pour les étudiants que le collectif budgétaire du mois de juillet ne débouche sur aucune mesure sociale pour la rentrée.

Les conditions d’une rentrée réussie sont désormais connues de tous.