Motion de soutien aux étudiants québécois

Depuis plusieurs mois les étudiants québécois sont dans la rue pour défendre leur droit à l’éducation et faire échec aux velléités libérale de Jean Charest, Premier ministre du Québec. Les jeunes québécois aujourd’hui reprennent en cœur les aspirations des jeunes, en écho des mobilisations étudiantes qui se sont déroulées cette année de l’Espagne au Chili. Face aux tenants du libéralisme le plus exacerbé, face à ceux qui pensent que l’on doit s’endetter pour avoir accès à la formation, les syndicats étudiants québécois, la FEUQ, la FEQ et la CLASSE montrent que non seulement les jeunes remettent en cause ces logiques injustes mais également inefficaces. Augmenter les frais d’inscriptions c’est remettre en cause le droit à la formation du plus grand nombre et créer les déséquilibres économiques de demain.

En refusant de considérer la jeunesse comme responsable de son avenir, en refusant tout retour en arrière sur son projet, Jean Charest a provoqué une rupture entre la jeunesse et les pouvoirs politiques. S’arcboutant  sur ses certitudes, ce dernier n’a eu que la répression à proposer aux étudiants. Répression qui s’est manifestée par plusieurs centaines d’interpellations mais répression qui s’est également traduite par l’adoption en urgence d’une loi spéciale remettant cause l’exercice même de la démocratie sociale au Québec.

Cette situation est inacceptable. Le mouvement étudiant québécois est exemplaire et aucun débordement réel n’a été relevé lors des multiples manifestations dans les rues des villes de la province. En refusant de négocier, en refusant de prendre en compte les aspirations des étudiants, Jean Charest a finit de consommer la rupture entre les jeunes de son pays et les pouvoirs politiques. Les syndicats étudiants québécois ont appelé à une reprise du mouvement à la rentrée des vacances et ont affirmé que le mouvement s’incarnerait au cours des élections générales qui auront lieu à l’automne prochain. L’UNEF a participé à de nombreux rassemblements de soutien en solidarité des étudiants québécois. Nous continuerons à apporter notre soutien aux organisations étudiantes du Québec dans leur combat et nous saurons faire entendre notre voix de l’autre coté de l’océan.