Emplois d’avenir professeurs: l’UNEF obtient des précisions de la part de Vincent Peillon

 

L’UNEF a été reçue hier par le ministre de l’Education nationale dans le cadre d’une réunion de concertation autour des « emplois d’avenir professeurs » qui seront proposés dès 2013 aux étudiants se destinant aux métiers de l’enseignement. LUNEF salue la volonté du ministre davancer vers davantage de mixité sociale en prenant une mesure qui socialement aidera près de 18 000 étudiants. L’UNEF salue également les réponses apportées par le ministre aux nouveaux enseignants qui ont été pénalisés par la réforme de la formation des enseignants. Ce rendez vous a été loccasion pour lUNEF dobtenir des précisions quant à lapplication effective du dispositif emplois d’avenir dans l’éducation.

Hausse du nombre de postes aux concours, formation continue des mesures qui vont dans le bon sens

A l’occasion de sa rencontre avec Vincent Peillon, l’UNEF a salué les récentes annonces du ministre visant à corriger les effets néfastes de la masterisation et à revaloriser le métier d’enseignant. En particulier, louverture de 22 000 nouveaux postes aux concours pour la session 2013 est une très bonne nouvelle pour les étudiants. Cela fait dix années que le nombre de postes ouverts aux concours n’avait pas augmenté. L’UNEF demande que la répartition des postes dans les différents concours soit publiée au plus vite pour permettre aux étudiants d’avoir des perspectives claires.

L’UNEF se félicite de la volonté du ministre de réintroduire une dimension professionnelle au sein de la formation des enseignants. La décharge de 3 heures de service par semaine pour les nouveaux enseignants afin qu’ils puissent parfaire leur formation est un signal important. Le ministre a garanti à l’UNEF que cela ne constituait qu’un premier pas vers une généralisation de la formation professionnelle des futurs enseignants.

Des premières réponses aux exigences de lUNEF sur les « emplois davenir professeurs »

Dans le cadre de la concertation, l’UNEF a fait part au ministre de ses exigences permettant d’éclaircir les quelques zones d’ombre qui planent sur la mise en place des « emplois d’avenir professeurs». LUNEF a souligné son intérêt pour une mesure qui prévoit daccompagner les étudiants à hauteur de 900 euros par mois en moyenne. De plus, la volonté affichée du ministre d’articuler l’activité rémunérée des étudiants avec la préparation au concours est positive.

L’UNEF a cependant interpellé le ministre sur la nature des missions confiées aux étudiants. Pour l’UNEF, l’activité qui sera proposée à 18 000 étudiants ne se justifie que si elle permet une réelle préparation aux concours. Vincent Peillon a alors accordé que les 12 heures hebdomadaires ne seront pas uniquement du temps de travail au sein des établissements scolaires. Il a précisé que le service pourrait correspondre à la préparation des activités éducatives. Le ministre a de plus indiqué que les « emplois d’avenir professeurs » devaient être un premier pas vers une généralisation de la formation professionnelle pour tous les futurs enseignants.

 LUNEF a indiqué quil était nécessaire d’élargir le dispositif au-delà des étudiants boursiers. Le ministère a notamment entendu la possibilité d’ouvrir le dispositif aux étudiants bénéficiant d’une aide d’urgence de la part des CROUS.

Le ministre a annoncé que les étudiants seront intégrés aux concertations sur la mise en « place des emplois davenir professeur ». L’UNEF portera ses exigences dans le cadre de ces concertations pour la réussite de ce dispositif. C’est à l’aune des éléments qui seront intégrés dans la proposition de loi et dans les textes réglementaires attachés que l’UNEF émettra son avis sur l’équilibre global du dispositif.