Les assises de l’enseignement supérieur et de la recherche

Le 11 juillet 2012, la ministre de l’enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, a lancé les Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche. A cette occasion, une large concertation des différents acteurs de la communauté universitaire sera organisée par le comité de pilotage des assises afin de permettre à chacun d’avancer des propositions pour permettre l’amélioration du fonctionnement de l’enseignement supérieur et de la recherche. Lors du lancement des assises, trois thèmes ont été affichés comme prioritaires par la ministre : la réussite des étudiants, la recherche et la conception du paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Une concertation nationale et territoriale

Fin août, le comité de pilotage a auditionné différentes organisations représentatives dont l’UNEF afin d’écouter leur vision de l’enseignement supérieur et leurs propositions. Une deuxième série d’auditions est programmée pour mi-septembre. Chaque organisation pourra par la suite remettre une contribution écrite sur le site des Assises http://www.assises-esr.fr.

Début octobre, des assises territoriales seront organisées par les préfets, les présidents de régions et les recteurs. Ce sont ces derniers qui décideront des modalités d’organisation des assises territoriales les plus adaptées que nous pourrons retrouver sur le site internet des assises. Une synthèse de chaque assise territoriale sera alors remise au comité de pilotage avant le 1er novembre.

Enfin, en vue de la préparation des Assises nationales qui se tiendront le 26 et 27 novembre, une synthèse nationale sera alors rédigée. Un rapport sera rendu à la ministre, Geneviève Fioraso, en décembre prochain afin de permettre le dépôt d’une nouvelle loi d’orientation de l’enseignement supérieur et de la recherche début 2013.

Les élus « UNEF et associations étudiantes » fixent le cap de la démocratisation de l’enseignement supérieur

Ces assises seront l’occasion pour les élus « UNEF et associations étudiantes » de reposer les missions de l’enseignement supérieur et d’avancer leurs propositions pour permettre la réussite des étudiants.

A ce titre, les élus « UNEF et associations étudiantes » interviendront prioritairement sur deux dossiers majeurs : la réussite en premier cycle et la démocratie. Les assises, qui déboucheront sur un texte législatif, doivent créer une dynamique nouvelle dans l’enseignement supérieur et relancer la démocratisation. Pour relever ce défi, il est d’abord nécessaire de remettre au cœur de l’activité de l’université la formation des étudiants et en particulier la formation en premier cycle.

Les élus « UNEF et associations étudiantes » pousseront ainsi pour une réforme du cycle licence qui permette la réussite de chaque étudiant. Ils ont fait part au comité de pilotage de leurs propositions pour une refonte en profondeur du cycle de licence autour de trois axes. D’abord, les élus porteront la refonte de l’architecture de la licence afin de permettre une spécialisation progressive des étudiants avec une première année pluridisciplinaire, une seconde année d’orientation et enfin une troisième année de spécialisation. Afin de rendre plus lisible l’offre de formation et ainsi faciliter l’orientation des nouveaux étudiants, une simplification de l’offre de formation sera nécessaire. Les élus « UNEF et associations étudiantes » feront également leurs propositions pour changer la pédagogie à l’université  (forme d’enseignement, évaluation, etc.). Pour relever le défi de la réussite de tous les étudiants, les élus poseront la question des moyens mis à disposition en licence.

Enfin, les élus « UNEF et associations étudiantes » ont fait des propositions pour remettre les étudiants au cœur du fonctionnement de l’université. Les étudiants doivent pouvoir participer à l’ensemble des décisions de l’établissement et être acteur de leur université. Pour cela, il faut renforcer le rôle du CEVU et du CS en leur donnant un pouvoir décisionnel. Il faut également réinstaurer de la collégialité au sein du CA, avec une représentation plus importante des étudiants.