Etudiant étrangers : Manuel Valls accepte de discuter des critères de régularisation.

Ce lundi 1er octobre, le ministre de l’intérieur Manuel Valls recevait avec des représentants du ministère du travail « la plateforme des 12 », dont fait partie l’UNEF, pour préciser le cap du gouvernement. Cette rencontre a permis d’ouvrir des perspectives significatives en matière de politique de régularisation et de traitement des étudiants et travailleurs étrangers après deux années de blocage. En particulier, des concertations ont été annoncées pour négocier des critères de régularisation des étudiants et travailleurs sans papiers. L’UNEF sera donc reçue ce mercredi 03 octobre pour discuter des mesures spécifiques et des modalités concernant les étudiants.

Le ministère entend la nécessité d’une discussion sur les critères de régularisation.

Le parcours d’un étudiant étranger en France est rendu insupportable non seulement par le nombre, la lourdeur et le coût des démarches qui lui sont demandées mais aussi par le trop grand pouvoir laissé à la discrétion des organismes institutionnels (comme Campus France) et des préfectures. Même en étant admis et inscrit dans un établissement du supérieur et en remplissant tous les critères requis par la loi, il n’est pas sûr de se voir délivrer un titre de séjour ou de le voir renouvelé.

L’UNEF a donc demandé au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, que des critères clairs et justes permettent aux étudiants étrangers d’être régularisés, et que soit limité le pouvoir discrétionnaire des préfectures. L’UNEF se félicite de la réponse positive du ministère sur ce sujet et qu’un dialogue puisse être enfin engagé sur cette question.

La nouvelle circulaire doit au minimum faire respecter la loi !  

En 2006, l’UNEF avait réussi à faire inscrire dans le code CESEDA, la possibilité de délivrer un titre de séjour étudiant valable plus d’un an. Existant dans la loi pour les étudiants préparant une formation de niveau master, le titre de séjour pluriannuel n’a jamais été appliqué, faute de circulaires d’application.

 L’UNEF demande au ministère la parution urgente d’une circulaire pour les étudiants étrangers de niveau master et, à plus long terme, une révision du cadre législatif permettant l’accès au titre du séjour pluriannuel à l’ensemble des étudiants étrangers.

Un traitement plus juste pour un débat apaisé.

Alors que les débats relatifs à la responsabilité des ressortissants étrangers dans la dégradation des conditions de vie mettent en péril l’ouverture d’un débat raisonné, Manuel Valls à la responsabilité d’envoyer des signes forts à la société française. En acceptant de discuter des critères de régularisation il crée les conditions nécessaires à un apaisement indispensable pour que les milliers de jeunes, étudiants ou salariés aujourd’hui en situation irrégulière ou en passe de le devenir puissent voir leur situation d’améliorer. 

Ce premier pas doit maintenant se traduire dans les actes et se poursuivre par une révision plus globale du cadre législatif.