L’UNEF fait rejeter le gel des financements du logement étudiant

Le premier conseil d’administration du CNOUS s’est tenu le mercredi 24 Avril dans sa nouvelle composition. Un vote a particulièrement retenu l’attention des administrateurs du CNOUS. Il était en effet proposé de voter la répartition d’un « surgel » budgétaire de 20 millions d’euros des crédits destinés aux CROUS pour leurs investissements (constructions et réhabilitations de résidences et restaurants principalement). Ce « surgel » est l’application, au sein des dépenses de vie étudiante, de la politique de sérieux budgétaire voulue par le gouvernement pour tous les ministères.

Des conséquences lourdes sur les conditions de vie étudiantes

Ce « surgel » budgétaire aurait pour conséquence le ralentissement des constructions de cités-U et restaurants universitaires ainsi que des réhabilitations de logements prévues pour cette année. A l’heure où la crise touche directement les jeunes, et alors que le rôle de l’Etat est de leur répondre par plus de protection, les élus de l’UNEF ont jugés inacceptables que l’Etat prenne la décision de se désengager financièrement du réseau des œuvres universitaires et scolaires, opérateur social de la vie étudiante. Cette décision est d’autant plus incompréhensible pour les étudiants que le gouvernement a réaffirmé à plusieurs reprises, et notamment devant les étudiants présents au congrès de l’UNEF la semaine dernière, son engagement de construire 40 000 logements universitaires. Il avait d’ailleurs annoncé à l’automne dernier une rallonge budgétaire pour le logement étudiant de… 20 Millions d’euros.

Un vote qui crée un précédent, les étudiants renvoient le gouvernement à sa copie

Par 12 voix contre 10, et sous l’impulsion des élus de l’UNEF, le CA du CNOUS a pris la décision de rejeter la répartition du surgel budgétaire qui lui était imposé. Ce vote est un message clair de la part des étudiants et des personnels envers les représentants de l’Etat présent au sein du conseil d’administration. Il signifie la volonté ferme des étudiants de ne pas se voir demandé plus d’efforts dans la période actuelle et renvoie à l’Etat la responsabilité de ses décisions budgétaires.
Les étudiants attendent dorénavant des réponses. Au lendemain du vote, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a demandé au ministère du Budget de dégeler les 20 millions d’euros et de les rendre disponibles pour le réseau des œuvres universitaires et scolaires. L’UNEF sera vigilante à ce que ces annonces soient suivies d’effets et que l’ensemble du gouvernement prenne ses responsabilités face à ce vote. L’enlisement du pays dans la crise ne se résoudra pas par plus d’efforts demandés à sa jeunesse mais bien par une relance de la démocratisation de l’enseignement supérieur, dont le logement étudiant est d’ailleurs l’un des principaux vecteurs.

Carte de France des gels de financements du logement étudiant