L’UNEF s’engage pour le droit de vote des étrangers en 2014

Pour la 18éme année consécutive, l’UNEF organise le festival étudiant contre le racisme. Un an après l’élection de François Hollande, qui avait fait du droit de vote de tous les résidents sur le territoire une promesse de campagne, nous avons décidé cette année, avec le collectif « droit de vote 2014 », de consacrer ce festival au droit de vote des étrangers.

L’évolution vers le suffrage universel est une suite de luttes pour la démocratie. Mis en place en 1848, il a fallu attendre près d’un siècle pour l’étendre aux femmes, et presque 30 ans pour que les jeunes y accèdent par l’abaissement à 18ans de l’âge de la majorité. Ce n’est qu’en 1998 qu’est accordé le droit de vote aux élections locales pour les ressortissants de l’union européenne. Cependant depuis 2000, on assiste à une inertie législative sur ce débat de société. Il est important de rompre avec cette inaction pour permettre une nouvelle respiration démocratique dans le pays.

Les étrangers font partie intégrante de la société civile. Ouvrir le droit de vote c’est donc faire entendre la voix des invisibles, la voix de ceux qui vivent en France, qui y travaillent, qui façonnent notre pays, qui y payent des impôts, mais qui n’ont jamais leur mot à dire.

Si les étrangers n’ont pas le droit de vote, ils n’en sont pas moins des éléments moteurs de notre vie locale, associative, et syndicale. Preuve en est, la place importante que prennent les étudiants étrangers dans la vie étudiante. Ayant le droit de vote ils participent aux élections étudiantes, ils sont engagés pour faire changer l’université, élus dans les conseils des universités et écoles, ils prennent part aux prises de décisions pour le collectif.

Au-delà de l’ouverture d’un droit nouveau, il s’agit de reconnaitre ceux qui vivent à nos côtés. Il s’agit de reconnaitre l’égalité entre tous ceux qui construisent notre société.

L’UNEF restera attentive pour que cette promesse de campagne devienne une réalisation effective du président. Même si la nécessité d’obtenir un vote favorable des 3/5ème du parlement rend l’exercice plus difficile, les jeunes n’accepteront pas que cette proposition soit oubliée lors du quinquennat.

Nous refuserons le statu quo d’une société discriminante qui ne donne pas les mêmes droits selon sa couleur de peau, son origine, mais qui demande toujours les mêmes devoirs. Apres plus de 30 ans de promesses politiques, il ne s’agit pas seulement d’une réalisation d’un élément programmatique du président, mais bel et bien d’une avancée concrète vers la société de l’égalité.

Pour se faire entendre, l’UNEF organise le « Festival étudiant contre le racisme 2013 » avec un grand concert le 23 mai à la bastille à partir de 17h, avec le « collectif droit de vote 2014 » en présence de nombreux artistes et personnalités.