L’UNEF exprimera ce mardi 25 juin les revendications étudiantes pour la rentrée au Président de la République.

 Mardi 25 Juin, à 16H15, le Président de la République s’entretiendra avec Emmanuel Zemmour, Président de l’UNEF, dans le palais de l’Elysée.

Réunis à Toulouse pour le 83ème congrès de l’UNEF, les étudiants ont envoyé un message clair au Président de la République au mois d’avril dernier : les réponses apportées durant cette première année de mandat ne sont toujours pas à la hauteur de nos attentes. Il faut agir vite avant que l’impatience ne se change en profonde déception.

L’UNEF se félicite que le président de la République ait décidé de recevoir ses représentants pour entendre leurs inquiétudes. Parmi les sujets évoqués, l’UNEF attirera l’attention de François Hollande sur trois priorités majeures :

 – Une allocation d’autonomie et des mesures d’urgence pour la rentrée 2013. 

Cette mesure, reprise à son compte par le candidat aux élections présidentielles, est une urgence alors qu’un jeune sur deux vit sous le seuil de pauvreté et que 50% des étudiants doivent cumuler salariat et études. Cette refonte du système de bourses est aussi une nécessité économique pour élever le niveau général de qualification de notre pays et sortir de la crise, 

Pour l’UNEF, cette réforme doit commencer dès la rentrée 2013 pour éviter que des milliers de jeunes ne se trouvent dans une situation d’urgence en septembre prochain. L’UNEF revendique un investissement d’au moins 200 millions d’euros dans le système de bourses, permettant une augmentation du nombre de boursiers et une réévaluation de leur montant maximum pour atteindre le niveau d’un RSA. 

L’UNEF réclame également la mise en place d’un chèque santé national pour permettre à chaque étudiant de souscrire à une complémentaire santé.

 –  L’accès aux droits sociaux: RSA aux moins de 25 ans, retraites et système de santé.

Les jeunes sont de moins en moins convaincus qu’ils pourront bénéficier de systèmes de protection solidaires de haute qualité. Il est urgent de leur permettre de s’intégrer pleinement à la solidarité nationale par : la suppression de la discrimination à l’âge dans l’accès au RSA et qui fait de la France le pays le plus sévère avec ses jeunes en matière de droits sociaux, la prise en compte des années de formation dans le calcul de la retraite, le renforcement et l’élargissement du système de sécurité social étudiant.

 – L’investissement dans l’enseignement supérieur, secteur d’avenir en crise.

L’UNEF alertera enfin le président de la République sur la situation financière critique dans laquelle se trouvent actuellement les universités. Gels de postes, suppression jusqu’à 20 % du volume horaire des formations dans certaines universités, autant de signaux en contradiction avec la priorité à la réussite affichée par la loi d’enseignement supérieur. L’UNEF revendique un réinvestissement dans l’enseignement supérieur et de nouvelles créations de postes ciblées sur les premières années universitaires pour atteindre l’objectif présidentiel de 50% d’une génération au niveau licence.

 

L’UNEF s’exprimera à l’issue de ce rendez-vous, en fonction des réponses concrètes qui lui seront apportées.