CNESER 2013 : L’UNEF remporte les élections avec 41% des suffrages étudiants et gagne un nouvel élu national.

Avec 41% des suffrages exprimés (contre 36% lors des dernières élections) et 5 élus sur 11, l’UNEF remporte les élections nationales du CNESER (Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche) fixant la représentativité des organisations étudiantes.  Ce scrutin survient un an après des élections litigieuses, dont l’UNEF avait obtenu l’annulation devant le tribunal administratif en décembre 2012. 

 

Une nette progression de l’UNEF qui fait écho à ses derniers résultats électoraux.

Avec plus de 120 voix d’avance sur la deuxième organisation (à 33% des suffrages), l’UNEF affiche une nette progression lors de ce scrutin en remportant un élu national supplémentaire. Ce résultat confirme la très bonne dynamique du syndicat, qui avait déjà remporté les élections aux CROUS (Centres régionaux des oeuvres universitaires et sociales) avec 43,7% des suffrages. 

 

Les étudiants se sont prononcés pour réinvestissement massif dans l’enseignement supérieur.

En étant plus de 40% à choisir l’UNEF pour les représenter au niveau national, les étudiants ont envoyé un message sans ambiguïté au gouvernement. Ils ne supportent plus l’état de pénurie financière dans lequel se trouvent leurs universités, provoquant des dégradations sans précédent de leurs conditions d’études.

Avec seulement 4 000 euros dépensés par étudiants dans certaines filières de licence, contre 15 000 euros dans les classes préparatoires, les étudiants ont ainsi manifesté leur volonté de voir l’Etat se réengager financièrement pour améliorer la qualité de leur formation et de leur diplôme. 

 

Un plébiscite pour un cadre national des diplômes contraignant.

 La victoire de l’UNEF aux élections nationales est aussi le signe des attentes étudiantes concernant la nouvelle loi d’enseignement supérieur. Ils attendent en effet que la loi leur offre une protection contre la dérèglementation de leurs diplômes. 

La promesse de cadre national des diplômes faîte par la ministre Geneviève Fioraso doit maintenant se concrétiser dans les faits en garantissant une véritable rénovation des formations universitaire assurant : un contenu commun pour tous les établissements, des garanties en matière de volume horaire, de taux d’encadrement ainsi que des parcours pluridisciplinaires. 

 

Le gouvernement doit entendre les priorités étudiantes en matière de conditions de vie.

L’UNEF attend du gouvernement qu’il tienne compte de la progression de l’UNEF pour accélérer les chantiers favorisant la réussite de tous et l’accès à l’autonomie. La réussite des étudiants restera un voeux pieux si leurs conditions de vie ne s’améliorent pas. L’UNEF rappelle que les étudiants attendent toujours une réforme d’ampleur des aides sociales, et demande au gouvernement d’en engager la première étape dès le mois de septembre 2013.