Améliorer le projet de loi, c’est possible !

La première étape de la réforme n’a pas permis de prendre en compte les exigences portées par le collectif « la retraite : une affaire de jeunes ». Aucune mesure inscrite dans le projet, si ce n’est la prise en compte de l’apprentissage, n’est issue d’un dialogue avec ces organisations. Nous attendons du débat parlementaire qu’il comble ce manque en prenant des dispositions conformes à la réalité vécue par les jeunes du pays et nous redonne confiance dans un système plus juste. Nous soumettons ainsi plusieurs types d’amendements au débat :

• Des amendements concernant l’allongement de la durée de cotisation pour les plus jeunes. Au-delà de l’injustice d’une telle mesure, il est discutable de poser le principe d’allongement automatique de la durée de cotisation pour les jeunes, alors que l’état du marché de l’emploi en 2020 n’est toujours pas connu.

• Des amendements permettant une meilleure prise en compte de l’allongement de la durée des études que le dispositif de rachat proposé initialement. La prise en compte des années d’études n’est pas seulement un enjeu individuel, mais c’est un besoin collectif. Dans un contexte où notre pays a besoin de plus en plus de jeunes qualifiés, pour répondre au défi industriel de demain, la formation ne doit plus être un poids pour notre avenir. 

•Des amendements visant à une meilleure prise en compte des périodes d’inactivité qui ponctuent l’insertion professionnelle. En effet, actuellement, seule la première période de chômage non rémunéré peut être validée, sans possibilité de fractionnement.