L’UNEF soutient la mobilisation des étudiants guyanais : le service public doit assurer une formation de qualité pour tous les jeunes !

Avec un nombre d’étudiants en progression constante, le pôle universitaire de Guyane souffre d’un manque de moyens et d’une dépendance par rapport à l’université des Antilles-Guyane qui l’empêchent de remplir ses missions de formation. Alors que le taux de chômage des jeunes atteint 40% sur le territoire, l’Etat doit assumer ses responsabilités et donner au service public d’enseignement supérieur les moyens de former les jeunes en Guyane.

C’est dans cet objectif que les étudiants guyanais se mobilisent. En grève depuis le 8 octobre, ils refusent de subir la dégradation de leurs conditions d’étude et exigent une réforme en profondeur de l’université des Antilles-Guyane, accompagnée de moyens supplémentaires pour le pôle universitaire de Guyane.

L’UNEF soutient la mobilisation des étudiants guyanais et interpelle le gouvernement. Il doit assumer ses responsabilités pour garantir la qualité du service public dans les territoires d’outre-mer.

Un investissement fléché vers le Pôle universitaire de Guyane

Le pôle universitaire Guyanais est sous-financé comparé aux universités de France hexagonale mais aussi aux pôles universitaires de Martinique et de Guadeloupe. L’encadrement est de 1 enseignant-chercheur titulaire pour 42 étudiants en Guyane, contre 1 pour 32 en Martinique et en Guadeloupe.

L’UNEF exige des créations de postes, fléchées vers le pôle universitaire de Guyane pour garantir la qualité des formations et la réussite des étudiants.

Développer l’offre de formation en Guyane

La gouvernance de l’université des Antilles-Guyanes ne permet pas la mise en place d’une offre de formation cohérente. La concurrence entre les différents pôles universitaire, qui s’exerce de facto, pénalise la Guyane. De nombreux secteurs de formations ne sont pas développés sur le territoire, alors qu’ils pourraient assurer une insertion professionnelle de qualité aux jeunes.

L’UNEF demande une réforme de la gouvernance du pôle universitaire de Guyane pour lui permettre, dans le cadre fixé par l’Etat, de définir une offre de formation qui réponde aux besoins des jeunes du territoire.

Améliorer les conditions de vie des étudiants guyanais

Les deux tiers des étudiants guyanais sont en situation de précarité durant leurs études. La précarité sociale pendant les études participent au faible taux de réussite de l’université (24% de réussite en licence).

L’UNEF demande un plan pour la vie étudiante en Guyane qui concerne l’accès au logement, à la restauration et aux transports.