L’UNEF organise le 31 janvier les états généraux de la santé et de la protection sociale des jeunes

 A l’initiative de l’UNEF, les états généraux de la santé et de la protection sociale des jeunes seront organisés le 31 Janvier 2014, à Paris, Institut National des Langues des Civilisations (INALCO). 

 Elus, acteurs de la santé, militants mutualistes, syndicaux et associatifs s’y succéderont pour débattre avec les jeunes  et proposer un nouveau modèle de protection sociale.

Face à la crise sanitaire des étudiants : défendre la sécurité sociale étudiante 

La dernière enquête de l’Observatoire de la Vie Etudiante (OVE) vient de rappeler l’urgence de la situation sanitaire des étudiants. Confrontés à un système trop complexe qui ne parvient pas à compenser les inégalités sociales, plus de la moitié d’entre eux renoncent à des soins. Alors que l’état de santé des jeunes a des conséquences pour le reste de leur vie, la jeunesse est pourtant la période qui est la moins bien couverte par la protection sociale.

Il existe un outil qui répond aux besoins spécifiques des jeunes pour les accompagner vers l’autonomie : c’est le Régime Etudiant de Sécurité Sociale (RESS). Il a pourtant été malmené par les pouvoirs publics, confronté à une hausse de la fiscalité et victime d’un sous-financement chronique. 

 

Refonder le Régime Etudiant de Sécurité Sociale pour répondre aux besoins de la jeunesse

Prenant au mot le gouvernement et ses engagements pour la santé des jeunes, l’UNEF a rédigé une contribution pour la réforme du RESS qui propose trois chantiers :

 – Simplifier le système avec une sécurité sociale étudiante unique et démocratique

La complexité de la sécurité sociale étudiante, avec deux centres payeurs par région, participe aux difficultés des étudiants. Le retour à une sécurité sociale unique, gérée par des étudiants qui connaissent les besoins de leurs pairs, permettrait à la fois une simplification et un renforcement de ses missions.

 – Elargir le régime pour protéger l’ensemble de la jeunesse

Parce qu’il ne concerne que les étudiants, le RESS ne peut couvrir les besoins de l’ensemble de la jeunesse. Les apprentis en sont exclus, les étudiants salariés cotisent deux fois à la sécurité sociale et les jeunes en insertion professionnelle ne profitent d’aucune protection spécifique. L’élargissement du RESS à toutes la jeunesse permettrait d’ouvrir et de répondre à de nouveaux besoins : aide financière à la recherche d’un premier emploi, cotisation retraite… 

– L’ouverture de nouveaux droits

La sécurité sociale doit offrir de nouveaux droits aux jeunes. L’accès aux complémentaires santé avec la mise en place d’un chèque santé universel, l’accès au tiers payant ou encore la mise en place de tarifs opposables permettrait de répondre à la précarité des jeunes et de renforcer leur protection sociale.

 

Après la concertation et les propositions des jeunes, le gouvernement doit prendre ses responsabilités.

 A la sortie des Etats-Génaraux, l’UNEF proposera un appel pour la réforme du RESS, réunissant organisations de jeunesse et acteurs du mouvement social et mutualiste. C’est sur les bases de cet appel que les réponses du gouvernement seront attendues.

Retrouver toutes les informations sur les Etats Généraux sur notre site : www.etatsgeneraux-ress.unef.fr