L’UNEF dénonce l’agression d’un de ses militants par un groupuscule d’extrême droite lors des élections étudiantes de l’Université Lyon 3.

Présent sur le campus des quais de l’Université Jean Moulin Lyon 3 pour les élections étudiantes du 20 Février 2014, un militant de l’UNEF a été violemment agressé par des militants du groupuscule d’extrême droite GUD. Devant les étudiants et les personnels de l’université, ce jeune militant de 18 ans s’est vu asséner de violents coups de casque de moto au niveau de l’avant bras et de la tête. Accompagné à l’hôpital puis au commissariat de police, il a déposé une plainte contre X pour violence volontaire.

Cette agression fait suite à de multiples menaces proférées à l’encontre des militants syndicaux de l’UNEF durant toute la journée électorale du 20 février.

L’UNEF condamne la multiplication de ces actes d’intimidations et de violences à l’égard des ses militants et le climat délétère qui s’installe sur les universités. A ces actes de violences récurrents s’ajoutent une recrudescence des activités des groupuscules d’extrême droite dans les universités françaises. De nombreux établissements ont en effet été l’objet d’inscriptions à caractère raciste, homophobe ou antisémite comme ce fut le cas il y a quelques semaines pour les universités de Poitiers, Clermont-Ferrand ou Toulouse.

L’UNEF attend que les auteurs de cet acte de violence soient rapidement retrouvés et jugés en conséquence pour la gravité de leurs actes.

A une semaine des élections étudiante de l’Université Lyon 2, l’UNEF demande à la préfecture du Rhône  et au Ministère de l’Enseignement Supérieur de prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer la sécurité des militants syndicaux lors de ce scrutin.