Formations du travail social : l’UNEF obtient 5,3 millions pour la gratification des stages.

Mobilisée depuis la rentrée aux côtés des étudiants en travail social, l’UNEF se félicite des engagements pris par la ministre de l’enseignement supérieur à l’Assemblée Nationale, le mercredi 19 février.

Le résultat de plusieurs mois de mobilisation pour les droits des stagiaires

La loi du 22 Juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et la recherche, répondait à une revendication de l’UNEF en élargissant l’obligation de gratification des stages de plus de deux mois à l’ensemble des organismes d’accueil. Pour autant, elle n’a pas était suivie d’engagements financiers, laissant planer un doute sur son application.

 

Une rentrée chaotique pour les étudiants en formation de travail social

A la rentrée, de nombreux étudiants en formation de travail social, en particulier ceux des Instituts Régionaux de Travail Social (IRTS), éprouvaient de grandes difficultés à trouver une structure d’accueil pour leur stage, pourtant indispensable à la validation de leur diplôme.

Les collectivités territoriales, principales pourvoyeuses de terrain de stage et concernées directement par l’élargissement de la gratification, avaient réduit drastiquement leur offre de stage faute de moyens.

 

Une mobilisation victorieuse des étudiants

Des manifestations nationales, réunissant plusieurs milliers d’étudiants en travail social, ont permis d’envoyer un message clair au gouvernement : les étudiants refusent de choisir entre leur droit légitime à une gratification et la validation de leur diplôme.

La concertation engagée avec les acteurs concernés, la ministre de l’enseignement supérieur et la ministre des affaires sociales, a permis de débloquer un soutien financier à hauteur de 5,3 millions d’euros à destination des structures d’accueil pour la gratification des stages à partir de la rentrée 2014. Le gouvernement s’est également engagé à ouvrir d’avantage de lieux de stages dans les services de l’Etat.

 

Si l’UNEF regrette que la gratification des stages soit repoussée d’une année, elle se félicite que le gouvernement prenne enfin en compte les revendications des étudiants.

L’UNEF sera particulièrement vigilante sur l’application de ces engagements, avec la publication des décrets d’application de la loi et la mise en place du soutien financier de 5,3 millions.