L’UNEF participera à la manifestation du 8 mars pour les droits des femmes

Samedi 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, sera l’occasion de nombreuses manifestations partout en France. L’UNEF appelle les jeunes et les étudiants à y participer afin de porter le combat pour l’égalité des droits.

Les jeunes refusent de laisser la rue aux détracteurs de l’égalité

Ces derniers mois, à travers toute l’Europe, les droits des femmes ont été particulièrement attaqués. C’est le cas en Espagne lorsque le gouvernement remet en cause le droit à l’IVG. C’est également le cas en France, au moment où l’éducation à l’égalité entre les femmes et les hommes à l’école fait l’objet de nombreuses polémiques. L’UNEF, organisation féministe, refuse qu’alors que le gouvernement ait fait de l’égalité femmes-hommes une priorité, ce débat soit confisqué par quelques réactionnaires. 

 

Faire de l’éducation un outil pour l’égalité femmes-hommes

Afin de s’émanciper des stéréotypes de genre, il est important d’agir sur l’éducation à tous les niveaux. L’UNEF revendique :

– Des moyens financiers pour permettre une réelle éducation aux sexualités et à l’égalité des droits

– Un plan de lutte contre les discriminations liées au genre en milieu scolaire

– La mise en place de modules de genre dans les nouvelles maquettes de diplômes à l’université

 

Une orientation pour l’égalité femmes-hommes

Si les femmes réussissent mieux au baccalauréat, celles-ci sont sous représentées dans les filières sélectives. Elles sont 42% en classes préparatoires, 30% en prépas scientifiques, et 27% en école d’ingénieur. L’orientation particulièrement genrée a un impact direct sur la place des femmes sur le marché du travail. L’UNEF revendique :

– La formation à l’égalité et au genre pour l’ensemble des conseillers d’orientation

– Le recrutement de conseillers d’orientation 

 

Défendre le droit à disposer de son corps

La remise en cause du droit à l’IVG en Espagne nous rappelle le combat permanent qu’est celui du droit à disposer de son corps. En France, des avancées ont été réalisée avec le remboursement intégral de l’IVG et l’accès gratuit aux contraceptifs pour les jeunes de 15 à 18 ans. L’UNEF appelle le gouvernement à aller plus loin pour faire du droit à disposer de son corps une réalité. L’UNEF revendique :

– L’élargissement des bornes d’âge, pour permettre à tous les jeunes de moins de 25 ans, aujourd’hui sans protections collectives et soumis à une forte précarité, d’avoir accès gratuitement aux contraceptifs

– La mise en place de centres IVG dans tous les hôpitaux, promesse de François Hollande en 2012

– Des moyens supplémentaires pour les médecines préventives universitaires afin qu’elles puissent ouvrir des consultations gynécologiques et délivrer des moyens contraceptifs.