Si Manuel Valls ne parle pas aux jeunes,ce sont les jeunes qui vont faire parler d’eux !

L’UNEF déplore l’absence de la priorité jeunesse dans le discours de politique générale du Premier Ministre. Les engagements de François Hollande pendant sa campagne présidentielle n’ont pas été confirmés, en particulier les 60 000 créations de postes dans l’Education Nationale ou la mise en place d’une allocation d’autonomie. Aucune mesure concrète pour les jeunes n’a été annoncée, alors que le Premier Ministre avais promis une feuille de route précise.

L’UNEF considère que le Premier Ministre n’a pas pris en compte le message envoyé par les jeunes à l’occasion des élections municipales. L’abstention massive chez les jeunes traduit leur défiance envers le gouvernement et les institutions politiques, incapables d’améliorer leurs conditions de vie. Une défiance qui risque de se renforcer avec l’orientation politique annoncée par Manuel Valls.

 

Manuel Valls et Benoit Hamon seront attendus à la rentrée

L’UNEF attend de Manuel Valls et Benoit Hamon une politique ambitieuse pour relancer l’ascenseur social dans l’enseignement supérieur. L’UNEF a déjà interpellé le gouvernement sur les chantiers de la rentrée universitaire :

– Un investissement de 100 millions d’euros dans le système d’aide sociale. C’est une étape indispensable de la montée en charge vers l’allocation d’autonomie. Geneviève Fioraso avait déjà annoncé cette mesure en juillet dernier, mais ne l’avait pas confirmé depuis. Les étudiants n’accepteraient pas que le gouvernement revienne sur ses engagements et reste passif face à la précarisation du milieu étudiant.

 – Un plan national pour la réussite des étudiants dans les premiers cycles universitaires. L’autonomie et la crise budgétaire dans l’enseignement supérieur se traduisent par une dégradation des conditions d’étude des étudiants. Un plan national doit non seulement répondre au sous-financement des établissements mais également flécher leurs moyens vers les premiers cycles, là ou l’échec des étudiants est le plus important. 

 

L’UNEF n’acceptera pas que ces chantiers soient repoussés au nom des objectifs de réduction des dépenses publiques annoncées par le Premier Ministre. Les jeunes ont déjà exprimé leur mécontentement aux dernières élections municipales, ils le feront à nouveau, au côté de leur syndicat, si l’avertissement n’est toujours pas pris en compte.

L’UNEF demande à être reçue par Manuel Valls et Benoit Hamon pour obtenir rapidement des garanties sur les conditions de la rentrée universitaire.