LOI SUR LES STAGES – LE SÉNAT : DERNIÈRE OCCASION POUR EN FINIR AVEC LES ABUS !

Le débat sur la proposition de loi « Travail : Développement, Encadrement des stages et statut des stagiaires » s’ouvre ce matin en séance plénière du Sénat. Dans un contexte où le chômage des jeunes est particulièrement élevé – près de 25% –  les périodes de stage représentent souvent un sas de précarité où les étudiants sont considérés comme une main d’œuvre qualifiée mais corvéable à merci.

En renforçant la réglementation des stages, les sénateurs ont l’occasion de protéger les jeunes de la précarité : ils ne doivent pas la manquer !

 

Des avancées importantes qui doivent se confirmer.

L’UNEF salue les avancées adoptées par l’Assemblée Nationale et celles proposées par la commission des Affaires Sociales du Sénat. Le passage de 39h à 35h de durée hebdomadaire maximum de travail et la procédure accélérée auprès des prud’hommes sont des points positifs. L’UNEF appelle les sénateurs à les maintenir en séance plénière.

 

Il y a encore du chemin à faire pour réglementer correctement les stages.

Cette proposition de loi est la 4ème depuis 2006. L’UNEF attend maintenant des parlementaires qu’ils mettent définitivement fin aux abus. L’UNEF demande aux sénateurs de soutenir les amendements qui 

–  de revaloriser la gratification avec un minimum de 50% du SMIC et plus en fonction du niveau d’étude des stagiaires.

–  de définir précisément les abus et les sanctions dans le code du travail.

–  aux stagiaires de bénéficier de droits syndicaux, en leur ouvrant l’action pour autrui

L’UNEF restera particulièrement vigilante aux décrets d’application qui viendront compléter cette loi. En 2011, l’absence de décret d’application de la loi Cherpion l’avait rendu caduque. Cette année, les textes réglementaires devront être adoptés au plus vite pour permettre une application de la loi dès la rentrée 2014.