#Bring Back Our Girls : L’UNEF appelle tous les jeunes à se mobiliser !

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2014, plus de 200 jeunes filles étaient enlevées dans leur lycée de Chibok au Nord Est du Nigeria. Le 5 mai,Aboubakar Shekau, leader du groupe islamiste armé Boko Haram, a revendiqué cet acte et a annoncé que ces jeunes filles seraient mariées de force ou vendues comme esclaves.

Les femmes nigérianes et les familles des jeunes élèves se sont mobilisées pour pousser le gouvernement de leur pays et les autres pays à agir. La solidarité s’est étendue dans le monde, et plusieurs Etats ont proposé leur aide aux autorités nigérianes pour retrouver les jeunes filles. Pendant ce temps Boko Haram continue à faire régner la terreur. Il faut donc que la mobilisation ne faiblisse pas !

L’UNEF appelle donc tous les jeunes à se mobiliser :  

Pour exiger la libération immédiate des jeunes filles enlevées : la France et tous les Etats doivent accélérer et amplifier leurs actions pour retrouver ces jeunes filles et mettre fin aux exactions du groupe Boko Haram.

Pour dire que l’esclavage est un crime contre l’humanité :  le 10 mai la France a commémoré son abolition, mais ce combat n’est pas achevé ! la justice et les institutions internationales doivent se mobiliser pour retrouver, juger et condamner les auteurs d’un tel crime. L’esclavage sexuel et le viol des femmes comme arme de guerre ou de terrorisme ne doivent pas rester impunis !

Et pour que partout, les droits des femmes et des filles, le droit universel à l’éducation, les droits humains fondamentaux soient promus et garantis, pour qu’aucune religion, aucune idéologie politique, ne puisse imposer sa loi contre la liberté, le corps et la vie des femmes. La France doit mettre au cœur de ses politiques de coopération et d’aide au développement l’égalité entre les femmes et les hommes, le droit à l’éducation pour toutes et tous. L’éradication de la violence contre les femmes doit figurer parmi les cibles des objectifs du Millénaire définis par l’ONU.

 

Rassemblement mardi 13 mai à 18h  

Parvis des droits de l’Homme -Trocadéro – Paris