Palestine : les étudiants exigent un cessez-le-feu immédiat !

Depuis le début des opérations militaires israéliennes, plus de 580 palestiniens ont été tués. Le gouvernement israélien persiste dans sa politique belliqueuse et meurtrière,attisant la haine dans les deux camps et éloignant un peu plus la perspective d’une paix juste et durable.

La réaction des gouvernements occidentaux, et en particulier de la France, n’est pas acceptable. En affirmant que le gouvernement israélien devait « prendre toutes les mesures pour pro­téger la popu­lation face aux menaces », François Hollande donne carte blanche à Benjamin Netanyahou pour poursuivre ses opération militaires.

Non content de soutenir les positions extrémistes de Benjamin Netanyahou, le gouvernement français a interdit plusieurs manifestations de  soutien au peuple palestinien. La France est le seul pays à avoir pris cette décision.

Le racisme et l’antisémitisme dans notre pays sont intolérables, mais ils ne peuvent être un prétexte pour empêcher les manifestations qui exigent l’arrêt des opérations militaires à Gaza. En plus de remettre en cause une liberté fondamentale, la décision du gouvernement participe aux amalgames qui favorisent la propagation de la haine.

L’UNEF rappelle la double responsabilité des pouvoirs publics : d’un coté, prévenir et sanctionner tous les actes racistes et antisémites, de l’autre, réunir toutes les conditions qui permettront aux citoyens d’exprimer leurs opinions.

L’UNEF appelle les étudiants à manifester mercredi, à l’appel du Collectif pour une Paix Juste et Durable entre Israéliens et Palestiniens, pour réclamer :

-L’arrêt immédiat de toutes les opérations militaires à Gaza et la relance du processus de paix.

-La fin du blocus israélien à Gaza qui provoque une situation humanitaire catastrophique

-L’arrêt de la colonisation et la création de deux états indépendants, définis sur les bases des frontières de 1967.

L’UNEF exige que la communauté internationale, et en particulier la France, assume ses responsabilités pour contraindre le gouvernement israélien à avancer vers la paix.