Fusion RSA Activité/PPE : une occasion à ne pas manquer pour la politique de jeunesse !

François Hollande vient d’annoncer aujourd’hui dans le quotidien Le Monde la fusion de la Prime pour l’Emploi et du volet activité du Revenu de Solidarité Active dans un dispositif unique.

RSA et PPE : mettre fin à une politique d’emploi complexe et discriminante pour les jeunes

1,1 millions de salariés de moins de 25 ans bénéficient du complément de revenu de la PPE, qui concerne au total 6,3 millions de foyers. La PPE consiste en un crédit d’impôt d’un montant moyen de 36 euros mensuel.

Les moins de 25 ans sont en revanche exclus du RSA Activité qui concerne 700 000 foyers. Le versement moyen du RSA Activité est de 176 euros mais la complexité du dispositif provoque un taux de non recours de 68%.

L’UNEF réclame de longue date une réforme du système. La PPE et le RSA sont à l’image de la protection sociale de notre pays : complexes et particulièrement discriminants pour les jeunes puisqu’ils n’ont pas les mêmes droits que l’ensemble des salariés.

Pour corriger cette inégalité, la mise en place du « RSA jeune » en 2010 a été un échec. Cette mesure spécifique ne concerne en réalité que 8 000 jeunes sur les 160 000 annoncés par le gouvernement à l’époque.

Une réforme pour avancer vers le droit commun

La fusion entre le RSA et la PPE annoncée par le Président de la République doit être une occasion pour en finir avec cette discrimination et mettre en place un dispositif unique qui permette aux jeunes d’accéder au droit commun. C’est d’ailleurs la proposition que formulait le rapport Sirugue, remis au Premier Ministre en Juillet 2013.

Alors que la précarité sur le marché du travail continue de progresser et que les politiques d’emploi sont au point mort, le gouvernement aurait tort de se priver d’un outil pour mieux protéger l’insertion professionnelle des jeunes.

La fusion RSA Activité/PPE ne peut se faire à moyen constant

Le cumul des deux dispositifs concerne l’ensemble des salariés jusqu’à 1,3 fois le smic. La fusion des dispositifs doit permettre d’inclure 300 000 jeunes,  jusque-là exclus du RSA activité. L’annonce du  Président de la République devra donc se traduire par un investissement financier.

L’UNEF demande à être reçue au plus vite par François Rebsamen, Ministre du travail, pour entamer une concertation sur la fusion entre le RSA et la PPE.