Elections dans les CROUS : l’UNEF appelle les étudiants à voter massivement pour exiger un nouvel investissement dans le système de bourse

A partir d’aujourd’hui et jusqu’au 27 novembre, la représentation étudiante de l’ensemble des CROUS métropolitains sera renouvelée. En l’espace de deux semaines, l’ensemble des étudiants auront l’occasion de s’exprimer à travers leur bulletin de vote.

Un référendum contre la précarité étudiante

Ces élections se déroulent dans un contexte particulier. Elles clôturent deux années d’action syndicale qui ont permis aux étudiants d’obtenir un investissement dans le système de bourse avec la création des échelons 0bis et 7. Elles ouvrent également une nouvelle séquence syndicale face à un gouvernement qui abandonne le combat contre la précarité étudiante au nom des économies budgétaires.

L’UNEF appelle les étudiants à se saisir du vote pour en faire une mobilisation et mettre le gouvernement sous pression : la réforme du système de bourse doit continuer pour mieux protéger les étudiants de la précarité et leur donner accès à l’autonomie !

Répondre à l’urgence sociale en prenant des mesures dès la rentrée

La création des échelons de bourse 0bis et 7 est insuffisante pour protéger les étudiants des conséquences de la crise sociale. Le recours aux solidarités familiales est de plus en plus difficile : le coût d’une année d’étude pour un étudiant décohabitant est passé de 41% à 48% du revenu médian entre 2011 et 2014[1]. Les conditions du salariat étudiant se sont dégradées : parmi les 50% d’étudiants contraints de travailler à coté de leurs études pour les financer, la proportion de ceux qui le font à temps plein est passée de 18% à 29% entre 2006 et 2014[2].

Pour empêcher une dégradation des conditions de vie des étudiants l’année prochaine, dont la première conséquence est de renforcer la sélection sociale dans l’enseignement supérieur, l’UNEF revendique pour la rentrée :

-L’accès de 100 000 étudiants supplémentaires des classes moyennes aux bourses

-La revalorisation des bourses de 20% et leur versement à date fixe au début de chaque mois

-Le doublement du nombre d’aides d’urgence du CROUS pour les étudiants autonomes

-Un gel des frais obligatoires (inscription, sécurité sociale, tarifs des restaurants et cafétérias universitaires…)

 Poursuivre l’investissement pour avancer vers l’allocation d’autonomie

La société refuse de reconnaitre la majorité sociale et le droit à l’autonomie des jeunes. Cette absence de protection sociale fait du temps de la jeunesse celui de la précarité et des inégalités.  Pour mettre fin à cette discrimination, les jeunes doivent accéder à un statut social dont l’allocation d’autonomie serait le volet financier à destination des étudiants :

-L’allocation d’autonomie est une aide universelle, alors que le système de bourse actuel exclut 75% des étudiants, d’un montant suffisant pour vivre, alors que le montant de la bourse maximum est inférieur au seuil de pauvreté, et individualisée en fonction de la situation propre de l’étudiant, alors que le montant des bourses est calculé selon le revenu des parents.

L’UNEF revendique un investissement dans le système de bourse jusqu’à la fin du quinquennat pour avancer vers l’allocation d’autonomie.

L’UNEF appelle les étudiants à poursuivre la mobilisation au lendemain du vote.

Pour faire entendre leur voix, l’UNEF appelle les étudiants à manifester le 11 décembre au côté des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cette journée de mobilisation sera l’occasion de rappeler les revendications étudiantes contre la précarité et d’exiger des mesures pour sortir les universités de la crise budgétaire.

 

[1] Source : OVE et INSEE

[2] Source : OVE