Vœux du Président de la République : ce dont a besoin l’école c’est une feuille de route pour la démocratisation

Mercredi 21 janvier, François Hollande a présenté ses vœux aux acteurs de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le discours du président de la République était très attendu. La réponse par l’école aux terribles évènements qui se sont déroulés, doit être la démocratisation. Sur ce point, l’UNEF déplore que François Hollande n’ait pas présenté une feuille de route à la hauteur des besoins exprimés par le monde de l’éducation.

Donner aux universités les moyens de la réussite des étudiants

Plongées dans une crise sans précédent, les universités ont aujourd’hui un manque à gagner de 150 millions d’euros pour fonctionner ne serait-ce que normalement. Cette pénurie se répercute directement sur les conditions d’étude des étudiants, entrainant un échec important. La démocratisation de l’enseignement supérieur nécessite que la priorité soit posée sur son financement. L’UNEF exige :

-Un plan de financement des universités à hauteur de 200 millions d’euros, pour sortir de la crise budgétaire.

-Le fléchage du budget vers la réussite, notamment celle des bacheliers professionnels et technologiques, pour qui les futures SPS (Sections Professionnelles Supérieures) ont un rôle à jouer important.

La précarité des étudiants n’est toujours pas derrière nous

Selon l’OVE (Observatoire de la Vie Etudiante), plus d’un étudiant sur deux connaît des difficultés financières importantes. Si la réforme des bourses, mise en place aux rentrées 2013 et 2014, a permis à 130 000 étudiants de voir leur situation s’améliorer, elle ne saurait combler à elle seule la précarité étudiante. L’UNEF refuse que soit clos le chantier de la vie étudiante. L’UNEF exige un plan d’action sociale étudiant, pour la rentrée 2015, articulé autour de deux volets :

-Poursuivre l’investissement dans les aides directes : 100 000 étudiants supplémentaires doivent devenir boursiers, les bourses doivent augmenter de 20%, le budget des aides pour les étudiants indépendants doit doubler.

-Faciliter l’accès au droit : le versement des bourses à dates fixes en début de mois ; le renforcement budgétaire des CROUS pour assurer leurs missions ; la création de postes d’assistants sociaux ; l’égalité des droits aux bourses pour l’ensemble des étudiants (universités, école agricole, IFSI…) ; la fusion des démarches Admission Post-Bac lors de l’inscription, et du Dossier Social Etudiant ; la création de centres de santé.