La prime d’activité doit être un pas vers l’accès des jeunes au droit commun

Alors que le gouvernement s’apprête à annoncer la fusion du RSA activité et de la Prime Pour l’Emploi (PPE) dans une nouvelle Prime d’Activité (PA), l’UNEF interpelle le gouvernement : cette fusion est l’occasion de faire un pas vers l’accès des jeunes au le droit commun.

Mettre fin à la discrimination que subissent les jeunes

S’ils sont éligibles à la PPE dont les montants sont souvent faibles, les jeunes salariés sont actuellement exclus du RSA (socle et activité) sur la seule base de leur âge. Cette discrimination, au-delà d’être stigmatisante, renforce la précarité des jeunes. En effet, alors que les trois quarts d’entre eux sont en contrats précaires et que presque un jeune sur quatre est au chômage, l’absence de protection sociale les expose un peu plus à la pauvreté et les empêche d’accéder à leur autonomie.

La mise en place de la prime d’activité est l’opportunité de faire rentrer les jeunes dans le droit commun en matière de protection sociale. C’est une occasion de concrétiser la priorité jeunesse du gouvernement.

Garantir à tous les jeunes travailleurs de bénéficier du dispositif

La fusion doit garantir de ne faire aucun perdant chez les jeunes. Ainsi, les étudiants salariés et les apprentis étaient éligibles à la PPE : il serait incompréhensible qu’ils soient exclus de la PA, et donc perdent des revenus indispensables pour sortir de la précarité. L’accès à l’aide doit être garanti : alors que le taux de recours au RSA activité, qui nécessitait une demande complexe, était à 68% là où l’accès à la PPE était quasi-automatique, la simplification maximum du dispositif est essentielle. Enfin, pour assurer un complément de revenu correspondant à leur besoin et permettre l’accès à l’autonomie, le revenu propre de chaque jeune doit constituer le seul critère.

L’UNEF ne se satisfera d’un dispositif-annonce qui ne permettrait pas de faire réellement entrer les jeunes dans le droit commun. Le gouvernement sera jugé sur l’accès effectif des jeunes au dispositif, qui ne saurait se faire au détriment du reste des salariés.