Agression d’un militant de l’UNEF, membre du collectif stop harcèlement de rue à Lille : nous condamnons la violence politique

Communiqué de presse de l’UNEF Lille

 

Jeudi après-midi, Lucas Bolivard, membre du comité de pilotage national de stop harcèlement de rue et militant syndical à l’Unef, a été agressé en plein centre-ville de Lille par des inconnus soupçonnés de faire partie d’un groupuscule d’extrême droite. Cette violente agression a occasionné à Lucas une forte déchirure musculaire, suivie de 13 jours d’ITT. Elle fait suite à des échanges très agressifs entre des militants de stop harcèlement de rue et des membres de génération identitaire Flandres sur les réseaux sociaux suite au lancement du label bars sans relous, ainsi qu’à une agression verbale ayant eu lieu courant janvier.

Nous, militants syndicalistes, politiques, associatifs, condamnons avec fermeté cette agression, liée directement à l’engagement de Lucas contre les violences sexistes. Cet événement n’est malheureusement pas un cas isolé, et fait suite à de nombreuses agressions commises sur des militants syndicaux et politiques depuis plusieurs années. A Paris, à Rouen, à Lyon, les militants d’extrême droite n’hésitent plus à en venir aux mains avec ceux qui combattent leurs idées dans la rue, dans les entreprises, dans les universités.

Il n’est pas acceptable d’être aujourd’hui menacé, intimidé et violenté du fait de son engagement politique ou syndical.

Nous, associations et organisations progressistes, résolument engagées dans la lutte pour l’égalité de tous et contre l’extrême droite, ne saurions accepter des agissements provenant de groupes voulant instaurer un climat de terreur et de haine pour faire entendre leurs messages xénophobes, sexistes et homophobes.

Nous apportons notre soutien plein et entier à Lucas et prendrons part à toute initiative visant à combattre les idées de l’extrême droite et à promouvoir la solidarité et l’amitié entre les peuples.

Nous demandons que toute la lumière soit faite sur cette agression et que ses auteurs soient traduits devant la justice.

Il convient de prendre toutes les mesures jugées nécessaires pour éviter une succession d’évènements de ce genre. Nous appelons tous les jeunes à rester mobilisés, à ne pas céder face aux intimidations et à faire rempart à l’extrême droite.

signataires lucas