Face à la pression des étudiants, les députés rétropédalent sur les APL

Mercredi 4 novembre, lors du débat sur le PLF 2016, les députés ont reculé face à la mobilisation des étudiants : la restriction des APL pour les étudiants non boursiers a été abandonnée par l’Assemblée Nationale.

 

L’Assemblée Nationale remet en cause le droit aux APL pour les étudiants non boursiers

Jeudi dernier, la commission des affaires économiques avait adopté deux amendements du député Pupponi qui devait supprimer l’universalité des APL. En effet, aujourd’hui les APL sont la seule aide universelle, calculée selon la situation propre de l’étudiant. Les amendements proposés visaient à conditionner les aides pour les étudiants non boursiers en fonction du revenu de leurs parents et la distance entre le lieu d’étude et le domicile.

Calquée sur le système de bourse, cette disposition aurait fait perdre à plus de 500 000 jeunes entre 100 et 260€ par mois laissant alors des milliers d’étudiants à la porte de l’autonomie et repoussé vers le salariat étudiant.

 

Une mobilisation forte des étudiants pour l’universalité des APL

Dès l’annonce et en pleine période de vacances l’UNEF a immédiatement réagi pour informer et mobiliser les étudiants à travers le lancement d’une pétition en ligne et dès lundi sur les campus partout en France qui a recueilli 15000 signatures en 3 jours.

A travers cette mobilisation, les étudiants ont démontré leur attachement à l’universalité des APL et qu’ils ne laisseraient pas les députés leur faire les poches !

 

Des attaques sur les étudiants qui doivent cesser et avancer vers plus de protection sociale

La rentrée 2015 est la plus dure  que les étudiants ont connue depuis le début du quinquennat. Entre la revalorisation de seulement 0.1% des bourses et cette remise en cause des APL, les réponses à la précarité étudiante sont inacceptables. Les étudiants attendent un investissement massif pour l’amélioration de leurs conditions de vie qui doit leur assurer une véritable protection sociale et ainsi favoriser la réussite de tous.

 

Pour cela, l’UNEF revendique :

–          L’abandon de toutes les mesures d’économies sur les APL des jeunes salariés

–          L’encadrement des loyers et l’augmentation de 20% des APL

–          L’augmentation des bourses sur critères sociaux pour 100 000 nouveaux boursiers à la rentrée 2016

–          Un investissement dans les universités et les CROUS pour que chaque jeune étudie dans de bonnes conditions.