Des personnels de l’université Paris Est-Creteil impliqués dans une fraude électorale organisée

Les 3 et 4 février, les étudiants de l’université Paris Est-Creteil sont appelés à voter pour élire leurs représentants dans les conseils centraux de l’établissement. Temps fort de la démocratie étudiante, ce scrutin est entaché d’une fraude électorale organisée par l’université notamment à travers son Institut d’Administration des Entreprises.

Des agents du service public mis en cause

Alors que l’université est chargée du bon déroulement et de l’organisation des élections, l’UNEF s’est procurée un mail envoyé par l’administration de l’IAE qui explicite un système de fraude organisé aux élections (voir annexes). Dans ce document transmis aux étudiants, l’université et ses agents incitent et organisent clairement le vote en faveur des listes étudiantes de la FAC (Fédération des Associations de Creteil) adhérente à la FAGE, la deuxième organisation étudiante au niveau national. Cette pratique inacceptable, qui pourrait être généralisée aux autres composantes de l’établissement, rompt totalement avec le devoir de neutralité des agents du service public, placés sous la responsabilité de l’Etat.

Thierry Mandon doit agir : les universités ne doivent pas se transformer en républiques bananières

Dans un contexte d’élections des personnels conjointes à celles des usagers dont les nouveaux élus éliront le futur président de l’université, l’intervention de l’administration dans le scrutin étudiant relève du conflit d’intérêts. L’UNEF demande à Luc Hittinger, actuel président de l’UPEC et responsable de l’organisation des élections de prendre toutes les mesures pour assurer l’égalité face au vote et de faire la lumière sur cette affaire.

L’UNEF rappelle que le rôle de l’université est de former les citoyens de demain pour renforcer la démocratie et notre République, et non d’organiser le clientélisme à l’échelle d’un établissement.

L’UNEF appelle Thierry Mandon à intervenir et à sanctionner lourdement ces pratiques. Pour que les élections étudiantes restent un temps d’expression libre et non faussée des étudiants, les règles qui les encadrent doivent être renforcées et les administrations demeurer neutres. L’UNEF demande à ce que le décret électoral qui régit les élections étudiantes soit revu au plus vite pour s’appliquer au cycle électoral en cours.

L’UNEF se réserve le droit de poursuivre l’université Paris Est-Creteil en justice pour faire respecter le droit des étudiants à un scrutin libre et démocratique.

 

Annexe 1

Annexe 2