Article du Monde : Admission postbac, « j’vois pas c’est quoi ! »

« APB ! ? J’vois pas du tout c’est quoi ! », lâchent, hilares, Nicolas, Yassine et Théo, trois compères interpellés sur le parvis du Lycée Robert Schuman à Charenton le Pont (Val-de-Marne). Quelles arcanes doivent-ils traverser pour quitter le monde du secondaire et prendre le chemin de l’enseignement supérieur ? Quels dossiers remplir ? A quelles portes frapper ? Aucun n’en a l’ébauche d’une idée. Pas d’urgence toutefois, le trio est en 1re, et dispose de douze mois pour se familiariser avec le système admission postbac (APB), incontournable système d’aiguillage de l’orientation des lycéens. Les terminales, en revanche, sont dans la dernière ligne droite.

Pour prévenir les sorties de route postbac, l’association Passerelle-Lycée-Université-Solidaire (PLUS), propose aux lycéens des séances d’information. L’objectif est de rompre la distance qui demeure entre adolescents-élèves et adultes-enseignants, conseillers principaux d’éducation, conseillers d’orientation-psychologues… En ce vendredi soir de février, ces derniers sont donc relégués au fond de la classe, silencieux… mais téléphones allumés. C’est Marie, Timothée et Myriam, trois étudiants de l’association Passerelle, qui font la classe, de 16 heures à 18 heures. Première leçon : APB Mode d’emploi.

41 lycées du Val-de-Marne ont reçu l’invitation pour la séance organisée au Lycée Robert Schuman. Quatre ont répondu positivement. 25 lycéens étaient attendus, 12 seulement se sont déplacés. La faute au plan Vigipirate et au peu d’entrain qu’auraient les chefs d’établissements à laisser leurs lycéens s’égayer dans les rues du département alors que le pays est en état d’urgence et qu’ils sont toujours sous leur responsabilité. Mais aussi, glisse Raphaëlle Brody, déléguée académique à la vie lycéenne, parce que des proviseurs « ne veulent pas mettre en concurrence leurs conseillers d’orientation ».

Pourtant, en matière d’orientation, tous les lycéens ne sont pas égaux face à l’accès aux informations…

Lire la suite sur le site du monde.fr