Budget de l’enseignement supérieur et de la recherche: les coupes budgétaires sont toujours là !

Le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche a connu de nombreux rebondissements ces dernières semaines : suppression d’IDEX pour l’USPC et l’université de Toulouse, annonce d’une annulation de crédits de 256M€ et rétropédalage du Président de la République sur les 134M€ de baisse de budget dans les organismes de recherche… Le financement du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche n’est pas une variable d’ajustement de l’austérité budgétaire !

 

Face à la contestation de la communauté universitaire, le gouvernement a en partie reculé

Le 19 mai dernier, la communauté universitaire apprenait par voie de presse l’annulation de 256M€ de crédits dans l’enseignement supérieur donc 134M€ dans les organismes de recherche. Cette annulation de crédits a été justifiée par le gouvernement pour financer des « mesures d’urgence ». L’UNEF se félicite que, sous la pression de la communauté universitaire, le Président de la République ait renoncé à la coupe budgétaire qui concernait les organismes de recherche.

Pour autant, aucun engagement n’a été pris concernant l’annulation des 50 M€ pour les formations universitaires et 10M€ pour les CROUS. Pourtant les programmes formations et vie étudiante ont aujourd’hui besoin de moyens pour répondre aux enjeux de l’augmentation du nombre d’étudiants à l’université et à la crise sociale qui les précarise.

 

Un plan pluriannuel de financement pour la réussite des étudiants.

La ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a annoncé la mise en place d’un plan pluriannuel pour accompagner les universités et les établissements dans cette perspective. Au vu de la réalité de la politique budgétaire dans l’enseignement supérieur, ces déclarations sont pour l’instant complétement hors-sol !

L’UNEF rappelle qu’elle n’acceptera aucune coupe budgétaire sur le dos des étudiants et que l’investissement dans le service public d’enseignement supérieur est une urgence. Répondre à la dynamique démographique et à la croissance du nombre d’étudiants est un enjeu fondamental pour l’avenir de notre société.

L’UNEF revendique une annulation complète des coupes budgétaires pour l’année 2016 et, à l’occasion de l’ouverture des débats pour le projet de loi de finance 2017, un investissement massif pour répondre aux besoins de financement du service public d’enseignement supérieur et de recherche.