L’UNEF condamne les menaces d’interdiction de manifestation : c’est une liberté démocratique qui est remise en cause !

Alors que la dernière manifestation contre la Loi Travail a réuni plus d’un million de personnes dans la rue le 14 juin et que la mobilisation est toujours largement soutenue par les français, le gouvernement menace d’interdire la prochaine manifestation.

Ce n’est pas en déplaçant le débat sur le terrain du maintien de l’ordre que le gouvernement arrivera à faire oublier que son projet de loi est contesté par une majorité de français, d’organisations syndicales et de parlementaires.

Pire encore, la menace d’interdire la prochaine manifestation intersyndicale est une remise en cause d’une liberté fondamentale. Derrière les postures autoritaires qui cherchent à faire oublier le fond du débat, le gouvernement crée un précédent particulièrement dangereux pour notre démocratie.

En prenant comme prétexte les violences en marge des manifestations – bien réelles et condamnées fermement par les organisations syndicales qui en sont également victimes – pour interdire un défilé, les pouvoirs publics donnent raison à une minorité violente et privent arbitrairement les français de leur droit d’expression.

L’UNEF appelle le gouvernement à revenir à la raison et à autoriser le défilé de jeudi prochain en réunissant toutes les conditions pour garantir la sécurité des manifestants.