L’UNEF demande la transparence autour des circonstances de la mort d’Adama Traoré

Mardi 19 juillet, Adama Traoré, âgé de 24 ans, était retrouvé mort peu de temps après son interpellation par la gendarmerie de Beaumont sur Oise.

L’UNEF tient à affirmer son soutien à la famille et aux proches de la victime dans cette épreuve tragique.

La lumière sur les conditions du décès doit être faite au plus vite. La contre-autopsie contredit sur plusieurs points la première expertise, et remet en cause les premières déclarations officielles sur les probables causes du décès d’A. Traoré. L’UNEF demande au  gouvernement d’engager une enquête en toute transparence et complète pour  élucider rapidement les raisons de la mort d’Adama Traoré.

L’UNEF soutient la mobilisation en cours pour exiger vérité et justice pour Adama Traoré, sa famille et ses proches. Les raisons d’ordre public ne sauraient être invoquées pour interdire les manifestations. L’UNEF demande au Ministère de l’Intérieur d’agir pour respecter la liberté de manifester de chacun.

Plus de 10 ans après la mort de Zied et Bouna à la suite d’une course-poursuite avec la police, c’est encore un jeune racisé qui meurt dans des circonstances troubles, sur fond de surenchère sécuritaire et de libération des actes et paroles racistes. C’est le rapport police-citoyen dans son ensemble et le traitement réservé aux jeunes dans les quartiers populaires qui doivent être changés en profondeur, par l’instauration de mesures de lutte contre le contrôle au faciès ou les violences policières.