Election au CROUS : l’UNEF appelle les étudiant-e-s à voter massivement pour exiger des mesures d’urgence face à la précarité

Du 14 au 25 novembre, la représentation étudiante de l’ensemble des CROUS métropolitains sera renouvelée. En l’espace de deux semaines, l’ensemble des étudiants auront l’occasion de s’exprimer à travers leur bulletin de vote.

 

Une occasion importante pour faire entendre nos revendications !

Depuis plusieurs mois, notamment à travers la mobilisation contre la loi travail, les jeunes ont exprimé le refus de la précarité qu’ils subissent au quotidien. L’UNEF appelle les étudiant-e-s à se saisir du vote pour faire entendre leurs revendications et exiger une réforme d’ampleur du système de bourse afin d’améliorer leurs conditions de vie et de leur permettre d’accéder à l’autonomie pendant leurs études et leur insertion professionnelle !

A l’aune des élections présidentielles, alors que plus de 2 millions d’étudiants sont appelés aux urnes, les pouvoirs publics ne pourront pas ignorer l’expression des jeunes. 

 

Exiger des mesures dès la rentrée prochaine pour mettre fin aux difficultés quotidiennes.

Alors que le coût de la vie ne cesse d’augmenter pour les étudiant-e-s, encore 1,23% cette année,[1] le système de bourses actuel n’est pas à la hauteur. Aujourd’hui près de 75% des étudiant-e-s sont exclus du système d’aides sociales, un étudiant-e-s sur deux est salarié pendant ses études faute de moyens et seulement 7% sont logés en résidence universitaire.

Pour empêcher une dégradation des conditions de vie des étudiant-e-s, dont la première conséquence est de renforcer la sélection sociale dans l’enseignement supérieur l’UNEF revendique des mesures d’urgence :

-L’accès de 100 000 étudiants supplémentaires des classes moyennes aux bourses

-La revalorisation des bourses de 20% et le versement des bourses à date fixe en début de mois

-Le doublement du nombre d’aides d’urgence du CROUS pour les étudiants autonomes

-L’ouverture des aides d’urgences annuelles aux étudiant∙e∙s étranger∙e∙s

 

Changer en profondeur le système d’aides sociales et avancer vers la mise en place d’une allocation d’autonomie 

La société refuse de reconnaitre la majorité sociale et le droit à l’autonomie des jeunes. Cette absence de protection sociale fait du temps de la jeunesse celui de la précarité et des inégalités.  Pour mettre fin à cette situation, les jeunes doivent accéder à un statut social dont l’allocation d’autonomie serait le volet financier à destination des étudiants.

L’allocation d’autonomie est une aide universelle, alors que le système de bourse actuel exclut 75% des étudiants, d’un montant suffisant pour vivre, alors que le montant de la bourse maximum est inférieur au seuil de pauvreté, et individualisée en fonction de la situation propre de l’étudiant, alors que le montant des bourses est calculé selon le revenu des parents.

[1] Enquête sur le coût de la vie étudiante de l’UNEF à la rentrée 2016 : http://unef.fr/2016/08/14/rentree-2016-enquete-sur-le-cout-de-la-vie-etudiante/