Collectif National de l’UNEF – 16 et 17 octobre 2016

L’UNEF a organisé le week end du 16-17 octobre son collectif national à l’université de Nanterre. Moment de démocratie interne mais aussi de débats sur de multiples sujets avec la participation de nombreux intervenants extérieurs, ce collectif national a permis à pas moins de 700 étudiant.e.s venu-e-s de partout en France de se rassembler, de débattre et de se former.

Alors que les débats pour les présidentielles s’éloignent chaque jour des préoccupations des jeunes, prônant des solutions d’un autre temps ou stigmatisant une catégorie de la population, l’UNEF a rappelé ses exigences pour les mois à venir. Le Collectif National a adopté un texte d’orientation ambitieux traçant la feuille de route pour lutter contre la précarité et faire des élections au CROUS un temps d’interpellation des jeunes vis-à-vis des pouvoirs publics.

Lors de ce collectif national, l’UNEF a également organisé plusieurs tables rondes, permettant d’échanger avec des personnalités du monde associatif, politique et syndical autours des sujets qui animent l’actualité universitaire.

Cet évènement a été l’occasion d’échanger avec des étudiants syndicalistes italiens, belges, danois et britanniques, sur la place des jeunes dans les politiques sociales et le rôle de l’université dans l’élévation du niveau de qualification de notre génération. A travers une table ronde rassemblant les principales organisations de jeunesses (JC, UEC, MJCF, UNL, MJS), nous avons poursuivi le travail commun entamé lors des manifestations contre la loi travail, pour porter les revendications des jeunes contre la précarité. Enfin, en rassemblant des organisations d’étudiants étrangers (UCEC, UEAF, UEVF, ADEEF), l’UNEF a pu reposer l’enjeux d’une société plus égalitaire et du rôle des universités en ce sens.

Enfin, à travers différentes motions l’UNEF a pris position sur des sujets d’actualité :

-Elle a réaffirmé sa solidarité avec les mouvements citoyens qui se battent pour obtenir la transparence sur les circonstances de la mort d’Adama Traoré,

-Elle a rappelé son exigence pour un changement de politique extérieure en Syrie, qui doit permettre de construire la paix,

-Elle a souligné sa volonté d’une politique plus égalitaire quelques soit son genre ou son orientation sexuelle

-Elle a confirmé son soutien à la liberté syndicale et aux salariés de Good Year victimes de répression.