Remise en cause de l’augmentation de la rémunération des apprentis : l’UNEF alerte sur un recul qui serait inacceptable !

Le gouvernement risque de reculer sur son engagement d’augmenter la rémunération des apprentis de moins de 21 ans qui devait prendre effet en janvier 2017. Cet engagement avait pourtant été pris suite à la mobilisation massive des jeunes contre la loi travail.

L’UNEF exige que ces engagements soient tenus !

 

En se mobilisant contre la loi travail, l’UNEF a obtenu une augmentation de la rémunération des apprentis…

En avril dernier, sous la pression de la mobilisation des jeunes contre la loi travail, l’UNEF a arraché un plan d’investissement important de 500 millions d’euros.  A cette occasion, le gouvernement avait annoncé notamment l’augmentation de la rémunération des jeunes en apprentissage via « « la prise en charge par l’Etat d’une augmentation des minimas salariaux légaux des jeunes de 16 à 20 ans en apprentissage au 1er janvier prochain ». Cette augmentation mettrait fin à une discrimination en raison de l’âge d’au moins 400 euros par an.

Cette revendication portée par l’UNEF constitue une réponse concrète aux revendications des jeunes.

Selon une enquête de la JOC réalisée en 2011, 54% des jeunes considèrent que les apprentis n’ont pas de bonnes conditions de travail et 70% pensent qu’ils ne sont pas suffisamment rémunérés.

 

… un engagement sur lequel le gouvernement est en train de reculer.

Pourtant, lors de son discours de politique générale, le Premier Ministre, Bernard Cazeneuve, a annoncé la mise en place d’une aide au pouvoir d’achat pour les apprentis de moins de 21 ans :  «en 2017, 210.000 apprentis de moins de 21 ans percevront une aide exceptionnelle de 335 euros. » Cette annonce constitue un retour en arrière. Une aide ponctuelle au pouvoir d’achat est un recul par rapport à une augmentation structurelle des minimas salariaux légaux des apprentis.

Un tel renoncement serait inacceptable !

 

L’UNEF exige que les engagements soient tenus via :

-L’augmentation de la rémunération des apprentis de moins de 21 ans dès le mois de janvier 2017

-La mise en place de nouvelles mesures pour améliorer les conditions de travail et d’insertion professionnelle des apprentis.