FACE AUX CRIMES HOMOPHOBES COMMIS PAR L’ETAT TCHETCHENE, L’UNEF APPELLE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE A REAGIR

Depuis fin mars, des centaines d’hommes sont arrêtés en Tchétchénie à cause de leur homosexualité réelle ou supposée. Suite à ces arrestations, des témoignages de victimes rapportent avoir étés emmenées dans des prisons secrètes puis torturées jusqu’à dénoncer d’autres personnes et avoir promis de quitter le territoire. Trois personnes seraient déjà mortes suite aux actes de torture.

Il semblerait que les ordres aient étés données suite à la volonté de certain.e.s militant.e.s LGBT d’organiser des marches des fiertés dans un certain nombre de villes alors même que les violences et les agressions homophobes sont courantes en Tchétchénie.

La réponse du gouvernement Tchétchène suite à la médiatisation de ces crimes a été la négation, estimant qu’on ne pouvait «emprisonner et harceler quelqu’un qui n’existe pas dans la république».

L’UNEF dénonce ces crimes homophobes commis par l’état Tchétchène et appelle la communauté internationale à agir pour y mettre le fin le plus rapidement possible.

L’UNEF appelle l’ensemble de la population à se joindre au rassemblement du jeudi 13 à 19h Place de Colombie.

Par ailleurs, l’UNEF constate une montée et une dédiabolisation des paroles et des actes de haines homophobes et transphobes, ainsi que des reculs annoncés dans une partie des programmes des candidat.e.s à la présidentielle et restera particulièrement vigilante.

Nous n’accepterons aucun acte transphobe ou homophobe que ce soit à l’international ou sur notre territoire.