La loi Orientation et Réussite des étudiants promulguée dans l’urgence et le mépris des jeunes qui contestent cette réforme

La loi Orientation et Réussite des Etudiants  a été promulguée aujourd’hui par le Président de la République et la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Mobilisées depuis plusieurs mois, les jeunes réaffirment leur forte opposition au Plan Etudiants qui instaure une sélection à l’entrée de l’Université.

Une mise en place anticipée de la réforme qui montre déjà les difficultés que vont subir les futur.e.s bachelier.ère.s

Le Gouvernement n’a pas attendu de promulguer la loi pour appliquer sa réforme. Ce sont ainsi des milliers de jeunes bachelierères et étudiantes en réorientation qui ont déjà dû s’inscrire sur Parcoursup et qui ont été confronté.e.s aux attendus et aux critères de sélection. Loin des discours, l’application concrète de cette réforme s’annonce dévastatrice pour des milliers de jeunes. Par cette promulgation, le Gouvernement ne fait qu’entériner la mise en place de la sélection à l’entrée de l’Université. Nous la refusons.

Une loi promulguée alors que le mécontentement de la communauté éducative ne fait qu’augmenter

Depuis plusieurs semaines, la colère de la communauté éducative s’accroît dans les lycées et dans les universités. Ce sont plusieurs dates de mobilisation qui se sont succédées durant le mois de février, et deux dates de manifestations qui se profilent devant nous : le 15 et le 22 mars. Le mécontentement s’exprime également dans les instances de l’éducation, ainsi le Conseil Supérieur de l’Education a rejeté les décrets d’application de la loi Orientation et Réussite des Etudiants. Aucune organisation présente à ce CSE n’a voté favorablement sur ces décrets au nom de l’intérêt des jeunes.

Loin de nous résigner, nous devons amplifier notre mobilisation

Face à une réforme qui se traduira par l’instauration d’une sélection à l’entrée de l’Université et par le renforcement d’un tri social et discriminant à l’entrée de l’Enseignement Supérieur, nous appelons les étudiantes à renforcer la mobilisation en s’organisant sur leurs lieux d’études pour préparer les journées du 15 et du 22 mars afin de faire entendre notre voix !