L’UNEF condamne les violences à l’encontre des étudiant.e.s mobilisé.e.s à l’Université de Montpellier !

A la suite de la manifestation du jeudi 22 mars, une Assemblée Générale étudiante s’est tenue dans les locaux de l’UFR Droit et Science Politique. Durant celle-ci, les étudiant.e.s mobilisé.e.s ont voté l’occupation nocturne d’un des amphithéâtres.


Aux alentours de minuit, alors qu’une cinquantaine d’étudiant.e.s se trouvent encore sur les lieux, des individus cagoulés et armés, accompagnés de personnels de la faculté, débarquent dans l’amphithéâtre. S’en suivent des coups de bâton, y compris à la tête, de pied, de poing, au point que plusieurs étudiant.e.s mobilisé.e.s ont dû être transporté.e.s aux urgences.

L’UNEF tient aujourd’hui à apporter son soutien plein et entier aux étudiant.e.s victimes cette nuit d’une attaque ignoble venant de ce qui ressemble à une milice d’extrême droite.

L’UNEF demande, d’une part, des explications rapides quant aux accusations de collusion entre la direction de l’UFR et ces agresseurs masqués, et, d’autre part, la condamnation claire et sans ambages de la part de Monsieur Philippe Pétel, Directeur de l’UFR, mais aussi de Madame Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur des violences de cette nuit.

Malgré ces agissements indéfendables et plus que jamais, loin de se résigner, l’UNEF appelle à poursuivre et amplifier le mouvement contre la mise en place de la sélection à l’entrée de l’université