L’UNEF condamne les violences à l’égard des étudiant.e.s mobilisé.e.s à Lille !

Ce Lundi 26 mars s’est tenue une Assemblée Générale dans les locaux de l’UFR de Droit et Science Politique de l’université de Lille. Durant cette dernière, les personnes mobilisées s’organisaient contre la loi Orientation et Réussite des Étudiant•e•s et en solidarité aux étudiant•e•s de Montpellier victimes de violences de la part de l’extrême droite.

Aux alentours de l’Université, circulait un groupe de militants d’extrême droite alors que les étudiant•e•s mobilisé•e•s se trouvaient encore à l’intérieur. À la sortie de certain•e de l’amphithéâtre, ce groupe avait pour objectif de les prendre à part et de les agresser physiquement, des personnes ont d’ailleurs été blessées.

Ces violences ne sont pas nouvelles et touchent encore aujourd’hui les étudiant•e•s, après celles subies par les étudiant•e•s mobilisé•e•s (à Montpellier) ainsi que les interventions policières (comme à Bordeaux, à Dijon ou sur le site Pont-de-bois à Lille la semaine dernière). C’est à nouveau, hier, les étudiant•e•s qui se font attaquer.

L’UNEF tient aujourd’hui à apporter son soutien aux étudiant•e•s victimes de cette attaque violente venant de ce groupe d’extrême droite.

L’UNEF dénonce l’absence de lieu, afin que les étudiant•e•s mobilisé•e•s puissent exprimer leurs opinions et s’organiser en toute sécurité.

Malgré ces agissements indéfendables, l’UNEF, plus que jamais loin de se résigner, appelle à poursuivre et amplifier le mouvement contre la loi ORE, et à dénoncer partout où elles se produisent les violences contre les étudiant•e•s.

En ce sens, nous demandons au président de l’Université de Lille, Jean-Christophe Camart, et à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche de prendre leurs responsabilités et de condamner publiquement ces agissements.