L’UNEF condamne l’intervention de CRS sur le campus de Nanterre !

Cela fait plusieurs semaines que des étudiant.e.s et personnel.le.s de l’Université Paris Nanterre sont mobilisé.e.s contre la loi dite « Orientation et Réussite des Etudiant.e.s ». Dans ce sens, hier matin, les étudiant.e.s ont fait le choix comme mode d’action de bloquer un certain nombre de bâtiments du campus. S’en est suivie une assemblée générale où les étudiant.e.s ont pu débattre des perspectives à donner au mouvement et les prochaines actions à mener pour protester contre la réforme du Plan Etudiants. A cela, une fermeture administrative de l’ensemble des bâtiments a été décidée par la présidence de l’université ne permettant pas aux étudiant.e.s d’accéder à leurs bâtiments de cours.

La présidence de l’Université Paris-Nanterre choisit d’envoyer la force contre ses étudiant.e .s !

Face à la mobilisation des étudiant.e.s, la présidence de l’université Paris Nanterre a fait le choix de répondre par la force et d’envoyer sur le campus des compagnies de CRS. Une fois présents sur place, les CRS n’ont eu pour seul objectif que déloger par la force les étudiant.e.s qui se trouvaient dans les bâtiments de sciences humaines et sociales. Ce sont des étudiant.e.s qui se sont vu gazé.e.s, frappé.e.s. Pire encore, plusieurs d’entre eux et elles ont été blessé.e.s dont un grièvement. A cela s’ajoute l’arrestation de 7 étudiant.e.s alors même qu’ils et elles n’opposaient aucune résistance, parmi lesquel.le.s se trouve Victor Mendez, un militant de l’UNEF.

Il est inacceptable que la réponse d’une université face aux revendications des étudiant.e.s de pouvoir se mobiliser soit une réponse par la force, la police n’a pas sa place dans nos universités !

Le droit des étudiant.e.s à pouvoir s’exprimer librement doit être respecté !

Dans le cadre de la mobilisation nationale contre le Plan Etudiants, les étudiant.e.s de Nanterre sont mobilisé.e.s depuis plusieurs semaines. Le droit des étudiant.e.s mobilisé.e.s à pouvoir investir dans les modalités décidé.e.s par eux et elles-mêmes leur campus est fondamental, pour permettre à chacun.e à la fois de faire valoir son droit de grève et son droit à pouvoir s’exprimer sur la réforme universitaire qui ne viendra qu’instaurer plus de sélection et moins de droits pour tou.te.s.

L’UNEF apporte son total et entier soutien aux étudiant.e.s mobilisé.e.s qui ont été victimes de la répression policière.

L’UNEF condamne fermement le choix de la présidence de l’université Paris Nanterre d’avoir fait le choix de la force sur un campus universitaire.

L’UNEF exige la libération immédiate des étudiant.e.s mobilisé.e.s qui ont été arrêté.e .s et que la direction de l’université rende des comptes sur les événements survenus hier.

L’UNEF appelle tout.e.s les étudiant.e.s à l’assemblée générale d’aujourd’hui qui se déroulera sur le campus à 10h30 en B1 puis à manifester contre le Plan Etudiants et toutes les répressions sur nos campus à 12h30 Place de la Sorbonne.